Initiation

J’ai toujours fait les choses à l’envers, découvrant Berio avant Bach, Coltrane avant Ellington. C’est brouillon mais passionné, ça déborde de toutes parts, ça digresse, ça remonte le temps puis replonge en avant. C’est une quête infinie. Voici l’un des cycles vocaux qui m’ont amenée à la musique classique, alors que j’étais au lycée : De la poésie populaire juive, de Dimitri Chostakovitch – dont l’un des chants m’est revenu samedi soir en une véritable image musicale spontanée (pour citer Oliver Sacks), alors que je ne l’avais pas écouté depuis des années.

Un autre était Laborinthus II de Luciano Berio.

J’ai découvert ces musiques en écoutant France Musique sur une toute petite radio portative, dans la cuisine de mes parents, cependant que je trempais des palets bretons dans mon chocolat chaud. Le souvenir, plus de vingt-cinq ans plus tard, est d’une précision aiguë.