Un peu la fête

je sais
je sais que je ne dormirai pas plus cette nuit que les précédentes
je sais que les cachets ne feront pas plus d’effet : pourquoi
en serait-il autrement ?
– des drogues inopérantes dans mon sang
comme des pièces dans une fontaine –
mais je me surprends à frissonner d’aise ce soir
à l’idée de prendre un thé avec l’insomnie
la compagne de mes nuits
« veux-tu du jazz ou de la musique classique ? »
m’enquiers-je
« qu’est-ce que tu as envie de lire ? »
même mon chat finit par s’habituer
au roulis des nuits sur mes jambes convulsives
et c’est comme si toutes les trois,
Dame Sam, l’insomnie et moi
avions rendez-vous et que c’était malgré tout
un peu la fête