Au nord de l’A27

Ma première exploration, ce dimanche, fut l’arrière-monde interstitiel entre trois terrains de jeu réservés à la bourgeoisie : un centre hippique, un terrain de golf et un complexe motocycliste. L’on peut y pénétrer à divers points ; en sortir est plus compliqué. Certaines parties sont ouvertes sur l’avant-monde, comme on le voit ci-dessous (en fond, flouté, le Grand Stade).

Certains aménagements, aux point d’entrée, peuvent faire croire, fallacieusement, que l’on s’apprête à entrer dans un espace balisé, sécurisé, voire fréquenté.

Mais non. Là-haut, les sentiers sont extrêmement étroits, certains totalement obstrués par la végétation et notamment par les orties. Les lapins bondissaient de toutes parts à mesure que j’avançais, j’étais heureuse de me sentir si bien entourée.

Depuis ce promontoire, qui avance dans la verdure à la manière d’une digue, l’on peut apercevoir, d’un côté, le terrain de golf,

et de l’autre le complexe motocycliste dont vous pouvez voir le tracé sinueux dans mon billet précédent, A27.