Camilla

Dans mon dernier roman, La vie effaçant toutes choses, l’un de mes personnages (très précisément la dernière des 3 x 3 femmes) présente une émission de radio ; les auditeurs de France Musique lui trouveront quelques ressemblances avec une productrice qui agace certains puristes mais fédère le plus grand nombre. Pour ma part, elle m’attendrit. Ses petits rituels me font sourire, par exemple quand elle présente un morceau, énumère l’orchestre et les solistes et finit par dire « (ils étaient) tous placés sous la direction de » tel chef d’orchestre ; tout aussi rituellement, j’ajoute : « Tous sans exception ». J’observe ce rituel depuis huit ans, je ne m’en lasse pas. Dans mon roman, Camilla Kesher finit par passer Petit papa Noël le 25 décembre. Aujourd’hui, son inspiratrice a passé un morceau d’Yvette Horner, entre Manuel Blasco de Nebra et Henry Purcell. C’était très bien.

Grand Jeu Concours : trouvez de quelle productrice il s’agit et gagnez une pince à linge en plastique mauve. Un indice ? C’est elle, sur la photo ci-dessous. Vite, à vos pigeons !