Mieux serait de la gourmandise

Vous êtes nombreux à me témoigner votre soutien en cette période difficile que vous m’imaginez traverser sur la (mauvaise) foi de ce blog ; c’est très aimable à vous mais permettez-moi de vous rappeler que ce lieu est mon petit labo, où je m’amuse à créer des personnages (dont le vôtre, souvent détestable – or l’êtes-vous ?) et le mien, plaintif mais opiniâtre, ou encore à développer des théories urbanistiques et ethnologiques de manicrac telles que « kitsch et lutte des classes », etc. Bref, rien de sérieux et rassurez-vous, je vais bien. Regardez, voici une image bucolique prise ce matin dans l’un de mes champs fétiches : est-ce qu’un esprit chagrin prendrait une telle photo, qui plus est en couleurs, en un tendre matin d’été ?

(Où est Kennedy ?)

Non, je vous assure, l’amour la santé le travail ça va, la famille ça va, les amis ça va, l’argent vient à moi (il ne devrait plus tarder), la gloire est là (discrète – élégante), je m’aime beaucoup et les enfants m’aiment aussi, les enfants me disent Bonjour Madame dans la rue et les personnes âgées regrettent de ne pas avoir une descendance telle que moi, les oiseaux se posent sur ma main quand je la lèvre pour me recoiffer, la musique est bonne, les baskets font leur job, dans quelques jours la crème de la métropole lilloise ira envahir les régions à potentiel touristique avec ses enfants et ses voitures familiales, nous serons bien tranquilles ici et avec un peu de chance il pleuvra, parfois, ce seront les conditions idéales pour écrire le livre que vous attendez tous de moi, celui qui vous aveuglera irréversiblement. Vraiment, ne vous inquiétez pas pour moi.

Même, voyez, la vie aime encore me surprendre, comme ce matin quand j’ai croisé l’une de mes meilleures amies sur une route de campagne à Fléquières ; je passais d’un champ à l’autre en courant et elle se rendait à une réunion dans son automobile. Nous n’en avons d’abord pas cru nos yeux puis nous avons dit plusieurs fois Ça alors, et moi, Ici ! je répétais, Ici ! sur une route de campagne à Fléquières ! Alors mon amie a pris une photo de nous deux sur cette route de campagne à Fléquières pour l’envoyer à son amoureuse, qui se trouve également être ma meilleure amie Antique, puis j’ai pris une photo de l’endroit où le jeudi 5 juillet 2018 a décidé de me faire cette joyeuse surprise (voir ci-dessous) et ensuite j’ai encore souri longtemps toute seule. Je vous jure. Dormez tranquilles.

(Route de campagne à Fléquières, à 8h10 am. Où est Kennedy ?)