Le vide exact (22)

les personnes âgées sortent tôt
harnachées de leurs cannes, cabas et
petits chiens arthritiques à la voix aiguë
elles sortent avant que l’hystérie collective
ne s’empare des villes
elles disent Comment ça va aujourd’hui ?
et Ça va, ça va tout doucement
elles hésitent puis finalement s’arrêtent
épaule contre épaule comme sur une causeuse
à l’ombre des troènes
elles ne semblent pas appartenir
au monde où se joue l’hystérie collective
leurs voix surannées de même que
leurs vêtements soignés leur maintien
et leur élocution précieuse
de sorte qu’elles me semblent parfois
tirées d’une histoire que l’on
m’aurait racontée il y a bien longtemps
et à laquelle j’aurais cru avec
une tendresse incompressible

(Eh non, il n’y a pas de personnes âgées sur mes photos, je ne photographie pas les êtres humains, en tout cas pas encore, vous le savez bien.)