De l’indétermination

L’automne, l’air est complexe : la chaleur et le froid ne sont pas géométriques, leurs bords sont déchirés, on ne comprend pas trop comment ils s’assemblent – s’assemblent-ils ? L’air d’automne a cette indétermination que l’on trouve à presque la campagne et dans certaines musiques expérimentales. C’est jubilatoire de courir à presque la campagne, l’automne, en écoutant des musiques qui feignent la tentation mélodique puis refluent, scoriacées, giflent et bourdonnent et glougloutent.

(Verlinghem, Pérenchies, Lompret.)