Saturday Night Fever (58)

Malgré toutes les précautions que j’ai prises, la semaine dernière, pour ne pas payer trop cher la suspension de votre Saturday Night Fever, certain-e-s d’entre vous sont allé-e-s beaucoup trop loin, faisant hurler des tubes de l’été sous mes fenêtres jusqu’à 2h33 du matin. Mes voisin-e-s m’en veulent encore et se tiennent d’ailleurs derrière ma chaise de bureau à l’instant où je vous écris ceci, bras croisés sur leurs torses bombés, le ton menaçant : Nous ne quitterons pas cette maison tant que tu n’auras pas lâché sept femmes formidables sur ce foutu blog, me dit-on sans ménagement. Merci de ne pas manifester votre joie trop bruyamment, ce soir, quand vous chausserez vos baskets de fièvre, ou pas trop près de chez moi. Doucement, voulez-vous ?

Échauffons-nous avec une jeune Danoise qui vit aujourd’hui à Oslo – je commence à me demander si ces pays nordiques pour lesquels je n’ai jamais eu aucune attirance ne seraient pas ces temps-ci une espèce de paradis musical pour qui s’intéresse aux compositrices et musiciennes expérimentales ou d’avant-garde – je vous en ai déjà présenté un certain nombre, notamment les Norvégiennes Maja Ratkje, Jenny Hval et Hild Sofie Tafjord, les Danoises Puce Mary, Valby Vokalgruppe, les Suédoises Ellen Arkbro, Kali Malone et Nadine Byrne, la finlandaise Tsembla, les Islandaises Hildur Guðnadóttir et Anna Þorvaldsdóttir, et tant d’autres.

Hilde Marie Holsen : Electrocracy

Penelope Trappes est née en Australie mais vit aujourd’hui à Londres, tout simplement.

Penelope Trappes : Untitled 1/4/3

Constanza Piña, Corazón de robota, performance. Pour en savoir plus sur cette artiste chilienne étonnante et découvrir ses multiples talents, je vous recommande son site Internet.

We Will Fail (à savoir la musicienne et plasticienne polonaise Aleksandra Grünholz) : Didn’t work out

Michele Mercure nous vient de Pennsylvanie et présente aujourd’hui An Accident Waiting To Happen

Lori Scacco a son studio à Brooklyn. Je vous laisse écouter Cosmosgraphia et vous recommande son très beau site Internet

Pour finir, et pour changer, une théréministe allemande assez remarquable, Carolina Eyck : Delphic

Et, bien que nous soyons ici pour célébrer la musique féminine vivante et trépidante, une pensée pour Hardy Fox, leader (?) des Residents, qui nous a quittés cette semaine. On le voit quelque part ci-dessous ; je vous ai passé un morceau du groupe mystère dans notre tout premier Saturday Night Fever, d’autres par ci par là et même un album entier ici.