Haley & Keeley

Dame Sam est de retour de Liévin, et moi de Rennes. J’ai pris le TGV puis le TER avec Polty et Rocky (nous avons fraudé : un seul billet pour trois ; nous avons fait des selfies mais j’aurais honte de les afficher ici parce que Polty est vraiment trop con – faire peur aux gamins comme ça, c’était puéril) et Dame Sam est rentrée en voiture avec mes parents, qui ne voulaient pas la rendre. J’ai retrouvé mes proches, il y avait des algues du Blosne sur mes vêtements et dans mes cheveux, et des baisers d’écureuils. Une amie a traité Rocky de mugmoche et j’ai entendu craquer les jointures de Polty mais j’ai sauvé la situation avec un discours baudelairien. Maintenant, Dame Sam et moi de nouveau seules, empilées, nous écoutons Debris de la musicienne, danseuse et actrice Keeley Forsyth (album sorti le 17 janvier). Les Anglais l’appellent la nouvelle Scott Walker ; ok, mais je pense aussi à Haley Fohr – Jacqueline, le nouvel album de ladite Chicagoane (sous le pseudo de Jackie Lynn – parfois elle est Circuit des Yeux, et je l’aime presque autant que Jenny Hval), paraîtra le 10 avril, yeah !