/ 3 : Ma prairie mellifère

Dans mon journal de confinement, à JC+46, je montrais cette étape quelque peu désespérante de mon entreprise de terrassement. C’était l’époque où ma voisine me disait, « Tu n’en viendras jamais à bout ».

Désormais, elle me remercie régulièrement pour le parfum de ma prairie mellifère, qui parvient jusque chez elle. Les abeilles, bourdons et papillons sont heureux ici, comme je l’avais rêvé. Chaque jour, de nouvelles surprises éclosent. Quant au potager, il m’a donné quantité de tomates tout l’été. Chaque semaine, je passe des heures les mains dans la terre et ça a plus de sens à mes yeux que toutes les choses auxquelles on est censé aspirer mais qui ne me concernent plus le moins du monde. Je rentre toujours sale et crevée de mon jardin, puis je dors bien.