J+1 an

Il y a un an jour pour jour, je déménageais de Lille à Lens, avec l’aide des cinq amis que j’ai conservés de ma longue vie lilloise (27 ans, tout de même) et de mes parents ; le soir, j’envoyais à mon amour, qui n’était plus et pas encore de nouveau mon amour, un message disant Il ne manquait que toi. Peu après, je mettais en ligne des photos de brume sur mon nouveau territoire et elle m’écrivait que, si je continuais à poster de si belles images, elle allait finir par débarquer chez moi ; le lendemain je l’ai défiée de le faire, dans ce message pseudo privé. Et elle l’a fait, presque promptement, et ma vie est devenue un enchantement. Je suis aujourd’hui une femme fiancée malgré mes nombreuses prises de parole contre le mariage, pas si anciennes.

(Mon amour au sommet du terril 83.)

L’année dernière, je racontais ici les premiers jours de ma nouvelle vie. Puis je présentais mes deux premiers amis du cru, Dinah et Danny. J’ai vu ce dernier presque tous les jours au long de cette année, y compris pendant les confinements puisqu’il vit à moins d’un kilomètre de chez moi. Puis j’ai rencontré Carrie, mon amie l’oie, que je ne présente plus.

J’ai aussi rencontré des humains que j’aime beaucoup. Ma nouvelle tatoueuse est antispéciste et nos visions du monde se rejoignent bien souvent. Au terme d’une longue discussion masquée, je lui ai dit que je ne savais même pas à quoi elle ressemblait, alors elle m’a montré une photo d’elle sur son téléphone. Cette scène était une belle allégorie de notre époque. Une autre humaine que j’ai rencontrée ici et que j’aime beaucoup est une de mes randonneuses du mardi matin, qui est à elle seule une carte subjective du territoire. Parfois elle me fournit un erratum, accuse sa mémoire d’en avoir rajouté la semaine précédente, alors je lui dis que si ses créations mentales ont plus de magie que le réel, tant pis pour lui, je choisis mon camp.

(Ici, la cartographe imaginaire me montre une baie de symphorine.)

Lille ne m’a jamais manqué. Parfois, j’ai envie de m’offrir une petite virée à Villeneuve-d’Ascq : un jour, sans doute.