Quelques cartes postales

Pendant les vacances, mon amour et moi, selon notre habitude, avons voyagé à pied ou à vélo et nous avons vu des merveilles et depuis ces merveilles nous avons contemplé le sens d’être en vie et de nombreux terrils. Quelques cartes postales de nos promenades.

Soleil sur l’ancien bac à schlamm de Fouquières (on aperçoit le sommet du terril 93 de Harnes, qui se dresse à 2 km de là).

Ciel fou vu depuis les terrils du Marais de Fouquières (83, 100 et 230).

Fumerolles au même endroit.

Ici, avec en contrebas la cité du Moulin.

Changement de site pour un autre coucher de soleil : les champs vus depuis Pinchonvalles et, au fond, la forêt de Vimy.

Maintenant, nous sommes à Grenay, au sommet du 58, terril lavoir de Mazingarbe Ouest, et nous regardons les terrils jumeaux d’Haillicourt (12km à l’ouest) ainsi qu’une grosse pluie sur le château d’eau de Nœux-les-Mines (à 4,5 km).

De l’autre côté,  on voit (derrière les différents plateaux du terril que l’on surplombe depuis son point culminant) les jumeaux de la base 11/19, à Loos-en-Gohelle, soit à 4 km vers le sud est.

Toujours sur le 58 Ouest. (Il occupe 50 ha, il est assez complexe et présente une grande diversité de paysages. L’été, on y mange des tonnes de cerises et de mûres.)

Nous traversons maintenant la rue Arthur Lamendin et, depuis le 58A, terril lavoir de Mazingarbe Est, nous contemplons la zone d’activité du Champ Caudron et le terril 73 (sis à Haisnes, 5 km au nord-est, derrière le rideau de pluie).

58A est moitié plus petit que son voisin 58 mais n’en a pas moins ses lacs – comme tant d’autres,

comme par exemple le 94 de Noyelles, depuis lequel mon amour contemple la silhouette du 93 (2 km au nord).