House Foundation

Peter appelle ses bureaux « The cave » ; l’on y trouve une documentation audio, vidéo et picturale incroyable sur Meredith Monk. En voici trois images, dont, au milieu, la première photo qui me montre en présence de Meredith Monk, si on veut – je la rencontre en vrai demain, j’assiste à ses répétitions de 10 à 16 h. J’ai oublié que je ne parlais pas très bien anglais et c’était fluide et je ne cherchais pas mes mots (ni à avoir un accent décent, notez bien) ; Peter est un homme charmant et drôle. J’ai aussi rapporté de la House Foundation des documents qui me seront très utiles. Désormais, je dispose du calendrier de Lucien, David, Pauline et de Meredith Monk. Je fais collection : stars de Lille et de New York, envoyez-moi le vôtre, par pigeon s’il vous plaît.

Le Brooklyn Bridge pour tous

J’avais trois heures à tuer avant mon premier rendez-vous avec Peter Sciscioli, le directeur artistique de Meredith Monk, alors j’ai décidé d’aller à son bureau à pied, en traversant le Brooklyn Bridge, mais il se trouve que quelques millions de touristes, particulièrement asiatiques, avaient eu la même idée que moi. Ce fut mon premier bain de foule new-yorkais. Le Manhattan Bridge a l’air formidable aussi (voir la septième image ci-dessous : c’est lui, vu depuis son rival).

Bedford Stuyvesant

Hier je suis arrivée dans mon appartement de Brooklyn vers 4h du matin, heure française ; je me suis levée à 6h, heure locale et j’ai fait mon premier footing à Brooklyn. Mon quartier, c’est Bedford Stuyvesant, dont voici trois vues – les deux dernières, c’est ma maison, je suis au premier étage.

Brooklyn, pour ce que j’en ai vu ce matin, c’est des centaines d’églises et de centres religieux, plusieurs par rue, parfois des avenues entières (Utica, par exemple).

Et puis je dois quand même vous signaler, quitte à vous décevoir, que l’on trouve au moins autant de lions, aigles et zéphyrs embrasés de barrière à Brooklyn que dans la métropole lilloise. Kitsch et lutte des classes, une vérité universelle ?