No Michoko

quand on n’a pas faim pas même
la place pour un Michoko
on perd des bagues que l’on portait depuis dix ans

j’ai perdu celle que je portais
dans ce bar de La Nouvelle-Orléans* consacré
à Marie Laveau famous prêtresse voodoo

je vais me sentir nue pendant quelques mois

(Marie Laveau’s Voodoo Bar, Decatur St, New Orleans, le ‎2 ‎septembre ‎2011.)

Dr. John (encore, oui, et alors ?) : Danse Kalinda Ba Doom

* Je pense que j’ai une subite et très puissante envie d’y retourner. Do you know what it means to miss New Orleans ?

Décadence

J’ai retrouvé les photos que j’ai prises à La Nouvelle-Orléans pendant le week-end de la Southern Decadence, en 2011. Je les ai cherchées dans le capharnaüm de mes disques durs parce que j’ai pris conscience très récemment de mon attachement viscéral à une certaine forme de décadence, et du fait qu’aujourd’hui, dans notre société hyper normée, la décadence est gravement menacée : elle vit sa propre décadence.

Peut-être un jour partirai-je pour la Louisiane, vivre au milieu de ceux qui ne veulent pas vivre comme tout le monde. La simple pensée que ce type d’individus existe encore quelque part me rassure (notez que la Southern Decadence, contrairement à ce que l’on peut lire un peu partout, n’est pas une simple gay pride, pas même une simple gay pride métissée de carnaval, car l’on y trouve beaucoup d’hétérosexuels « excentriques », ainsi qu’ils seront nécessairement catalogués, pour qui le mode de vie préconisé n’est tout simplement pas respirable).

Dr. John : Babylon

Merci pour tout

d’une main je tiens les viscères
pour qu’ils ne coulent pas sur mes genoux
car un chat y dort déjà et cela
risquerait de poisser ses poils

de l’autre main je réponds
à des messages professionnels en
adulte professionnelle
j’écris : D’accord, Parfait, Merci pour tout
et : Meilleurs vœux à vous aussi
avec le point d’exclamation

le pouce sur le foie, l’index sur la rate
ce sera une belle une bonne une excellente
et heureuse année assurément
je suis une adulte bien à vous
je suis bien cordialement
une professionnelle

Shirley Collins : The Power of True Love Knot

Encore merci

vous êtes nombreux à me dire
comment gérer la douleur
alors ce qu’on va faire c’est que
je vous la confie
vous me la rendrez quand elle sera
mieux éduquée

moi, je vais apprendre à jouer du théorbe

Claudio Monteverdi : Si dolce suivi de « O’hime ch’io cado » en version quasi jazz, par L’Arpeggiata de Christina Pluhar avec Philippe Jaroussky.

Me, myself and I

Ce matin je pensais à Edward Honaker, jeune photographe de mode qui a traversé une terrible dépression et a mis en images son état psychologique, comme dans l’image ci-dessous :

(© Edward Honaker.)

J’ai décidé d’ajouter une nouvelle catégorie à ce blog ; je l’ai appelée avec ironie « Me, myself & I » pour m’excuser de sa teneur très intime. Ce sera ça, en quelque sorte : mon journal en ligne.

Billie Holiday : Me Myself and I

En plus, les paroles parlent toujours pour moi. Parfait.

Notre chapelle au clair de lune

(L’usine Grands Moulins de Paris, à Marquette-lez-Lille, vue depuis le bord de la Deûle.)

Ne suis-je pas une magicienne de l’amour ?

Léo Marjane : La Chapelle au clair de Lune (Que ce billet soit aussi l’occasion de rendre hommage à Léo Marjane, qui nous a quittés la semaine dernière à l’âge de 104 ans.)

Mise à jour :

Vous êtes nombreux à me demander si cette usine est désaffectée. Vous voulez que je lance un Grand Jeu Concours, c’est ça ? Vous avez vraiment besoin d’un bon d’achat d’1,49€ dans un mini centre commercial de Wattignies ?