Maubeuge (1) : une annonce

Face au succès inattendu de ma série sur Charleroi, et sous la pression du National Geographic, je vous propose une semaine entièrement dédiée à la ville de Maubeuge ; et, de même que j’avais abordé la banlieue limitrophe de Charleroi en vous menant à Montignies-sur-Sambre, je vous présenterai Rousies, qui se trouve également sur la Sambre, côté français.

Cette photo a été prise à Rousies, près d’un ancien passage à niveau, sur une voie ferrée à l’abandon – on lit ici qu’elle relie Maubeuge à Fourmies mais tous mes indics suggèrent qu’ils s’agit en vérité d’une ligne Maubeuge-Bavay : qui croire ? En tout cas, je vous présenterai dans Maubeuge (2) quelques images de cette voie, que je n’ai pas suivie jusqu’à Fourmies – ou Bavay (qui sait ?) – pour cause de végétation insécable.

Une brève histoire des genres et de la sexualité dans la métropole lilloise (4)

Madame, ou Les arts ménagers à travers les âges

Dans cette nouvelle rubrique, c’est rien moins qu’une brève histoire de la femme que nous retraçons, du vingtième siècle à demain.

Les années 1920

La maison se targue, sur son enseigne, d’avoir été fondée en 1897, mais il semblerait qu’elle ait plutôt vu le jour dans les années 1920, comme en témoigne la coupe de Madame Edmé. Les flappers (ou garçonnes) n’existaient tout simplement pas au XIXè siècle. On ne nous la fait pas.

(Rue Georges Boidin, Lambersart.)

1925

L’école ménagère recevait les femmes et filles de cheminots qui habitaient à Lomme Délivrance, quartier-village dont la construction a débuté en 1921. Afin de faire des filles de la cité de « futures bonnes ménagères qui sauront gérer leur ménage avec économie et en même temps créer un intérieur agréable qui retiendra le mari à la maison »*, la compagnie aménage (…) dans une maison de quatre pièces une école ménagère : on y apprend « à acheter et à conserver les aliments, à préparer une nourriture à la fois saine et économique ; à aménager, à décorer son intérieur, à couper et entretenir les vêtements, à réparer le linge et aussi (…) à élever les enfants »**

(Place Beaulieu, Lomme.)

1968

Les jeunes filles avaient la possibilité d’aller à l’école, si elles enfilaient le jean autrefois réservé aux garçons, mais cela leur était visiblement douloureux – on le vérifie ci-dessous dans les larmes de cette fillette se rendant à l’école Saint Joseph, à Haubourdin : sans doute son âme se révoltait-elle contre cette violence faite à sa nature ménagère.

Aujourd’hui

Peut-être reconnaîtrez-vous l’agence lilloise d’une chaîne dont je tairai le nom et qui propose « Ménage / Repassage / Grand nettoyage / Grandes occasions / Garde d’enfants ».

Il y a aussi une dame moderne, qui a les cheveux courts et porte le pantalon sous son tablier ; elle tient un chiffon et un pulvérisateur de produit à récurer dans ses gants en caoutchouc. Vous pouvez apercevoir sa silhouette dans la vitrine de l’autre côté de l’angle.

Demain

Une fillette a troqué sa gazinière contre une 8,6. Souhaitons-lui une bonne continuation.

(Boulevard de Metz, Lille.)

* Maurice Boisseau, Les Œuvres d’amélioration sociale dans la Compagnie des chemins de fer du Nord (thèse), Imprimerie librairie militaire universelle L. Fournier, 1924.
** Compte-rendu du conseil d’administration de la cité de Lille-La Délivrance sur les écoles ménagères, 1925.

Une brève histoire des genres et de la sexualité dans la métropole lilloise (2)

L’antiquité

Des fouilles effectuées au Jardin des Plantes, à Lille, laissent supposer que, pendant l’antiquité, les jeunes filles sautaient à la corde cependant que les jeunes garçons jouaient au football. Aucune des statuettes et amphores révélées par les fouilles ne semble indiquer une mixité possible, de sorte qu’il est permis d’affirmer (non sans prudence) que les mœurs observés dans la métropole lilloise préhistorique avaient encore cours pendant l’antiquité.

Notons qu’à la grande époque coloniale de la métropole lilloise, le football était toujours l’apanage des seuls garçons. Aucun document ne permet à ce jour d’affirmer que la corde à sauter emportait encore, à la même époque, l’adhésion des jeunes filles (à supposer qu’elles aient jamais embrassé cette discipline par choix).

(Photos de ce chapitre prises à Lille Moulins et à Lille Sud, quartiers contigus.)

Une brève histoire des genres et de la sexualité dans la métropole lilloise (1)

La préhistoire

L’art rupestre, très présent dans la banlieue sud de Lille, nous enseigne que, chez les êtres préhistoriques, les genres n’étaient pas encore aussi définis qu’aujourd’hui. Un regard contemporain tendrait à voir une forme de confusion dans la représentation pourtant très détaillée qu’ils en ont laissé sur les murs de leurs cavernes.

Par ailleurs, il apparaît que nos ancêtres étaient majoritairement homosexuels et que le sexe féminin y régnait en maître. L’usage de l’appareil génital masculin à des fins sexuelles semblait réservé à de toutes petites maisons closes appelées latrines et semblables à celle que dépeint l’image « rose » ci-dessus ; sans doute cette peinture rupestre constituait-elle une sorte de plan destiné aux amateurs des pratiques incluant ledit appendice. La majorité des images qui aient subsisté jusqu’à notre époque nous renseignent sur les rites sexuels les plus répandus à l’Âge de pierre. Ci-dessous, une petite sélection.

(Les photos de ce premier chapitre ont été prises à Lille Sud, Ronchin et Loos.)

Introduction à une brève histoire des genres et de la sexualité dans la métropole lilloise

Vous l’aurez constaté, les genres ont leurs prérogatives bien ancrées dans notre société contemporaine et la sexualité dominante est assurément hétérosexuelle – vous pouvez le vérifier, si vous avez encore des doutes, en passant en revue les Zéphyrs embrasés auxquels je consacre une rubrique depuis quelques mois : les tendres étreintes et baisers qu’ils nous donnent à voir sont a priori toujours partagés par des individus de sexe opposé (cette assertion est certes moins facile à vérifier quand les zéphyrs embrasent des oiseaux, comme c’est souvent le cas, des anges, par essence asexués, ou encore des pandas).

(Rue du Calvaire, Montignies-sur-Sambre *.)

Une rare exception est celle-ci, mais elle date visiblement de l’ère communiste, dont nous verrons qu’elle encourageait les relations entre jeunes gens du même sexe, du moins dans la métropole lilloise – sans doute pour contrôler quelque peu les naissances (c’était avant la PMA), afin que les camarades fussent moins nombreux à être tous égaux : sur le plan logistique, cela facilitait sans doute les choses.

Ce que je vous propose n’est pas un état des lieux mais un petit imprécis d’histoire.

* Permettez-moi de revenir un instant sur le mini centre commercial de Montignies-sur-Sambre, et notamment sur la maison sise tout au bout de la rue du Calvaire. L’on y trouve, en un seul jardin, diverses merveilles telles que la vierge fatiguée, adossée à un mur, que vous avez déjà rencontrée ici, mais aussi un chalet du nord, des angelots de portail et… ces zéphyrs embrasés (avec chien, + 10 points).

Charleroi (6) : un peu de géométrie

Clinique en démolition, centre de Charleroi.

Hôtel de police. Il a vraiment cette forme (ce n’est pas une illusion de perspective), droite d’un côté, pseudo conique de l’autre.

Un morceau de l’usine en activité que j’évoquais ici.

Encore une vue d’une station de métro désaffectée.

Ce que nous supposons être le terminus de ladite ligne de métro, à Montignies-sur-Sambre, sans avoir pu le vérifier.

Charleroi (4) : des usines

Ce n’est pas ce qui manque, les usines, à Charleroi. Certaines sont encore en activité, comme celle dont l’image ci-dessous est un détail du type orteil de l’odalisque. La lumière ne permettait pas de prendre le site en photo sous tous les angles que j’aurais souhaités – je reviendrai un jour de grisaille ou de pluie.

Celle-ci, en revanche, a visiblement cessé de tourner depuis quelque temps, à en juger par son délabrement…

… et par la santé de la végétation qui l’assaille.

Le site est sous surveillance, cela explique sans doute qu’il ne soit pas couvert de tags – nous n’en avons vu aucun ; ni aucun gardien ni aucun chien, et c’était préférable car l’on ne miserait pas sur la solidité des bâtiments ni de ses passerelles pour engager une course-poursuite.

Dessous, c’est de la dentelle qu’inonde la lumière du soir.

Dedans, des cuves et des cadrans incompréhensibles.

Autour, c’est particulièrement post-apocalyptique : un no-man’s land de ferraille et, tout au fond, un terril en feu.

Si, je vous assure, il est en feu – vous le voyez mieux ici, derrière ce château d’eau qui semble pointer des canons vers l’entrée de l’usine ?

Le château d’eau en question, quoique menaçant, fait figure de nabot auprès de l’immense cheminée en béton qui déjoue toute perspective dans mon objectif.

Charleroi (2) : le métro

Pour accéder à la ligne du métro qui relie Montignies-sur-Sambre à Charleroi, à l’abandon depuis des décennies, l’on descend sur les rails ici même, en contrebas d’une passerelle mal en point. L’on saute sur un matelas posé en travers des voies et, plus tard, l’on remontera plus ou moins à la force des bras, avec une plaque de béton en guise de marche-pied.

D’un côté, la végétation rend la progression difficile (mais pas impossible). Des roseaux poussent dans la broussaille et l’on entend par endroit des écoulements d’eau qui semblent expliquer ce phénomène étonnant.

De l’autre côté, l’on atteint rapidement une station souterraine, dans laquelle il serait dangereux de s’aventurer sans lampe de poche (toutes les bouches d’égout sont béantes). En l’absence d’un matériel photo adéquat, l’on obtient des images assez effrayantes (proches de ce que l’on peut ressentir sur place, dans le seul bruit de l’écoulement d’eau et l’obscurité totale – c’est de cette station que provient le tag « Welcome to hell » en photo ici).

Après cinq cents mètres de tunnel, l’on arrive à découvert, en contrebas de la rue puis dans une espèce de couloir végétal formé par les haies des jardins qui nous surplombent, et l’on marche, dans les aboiements des chiens (bien plus flippants que tout le reste), jusqu’à une station gorgée d’une lumière qui rend également difficile la prise de photos, du moins en un jour de grand soleil.

Nous poursuivons, toujours à découvert, dans une tranchée clôturée de part et d’autre par un grillage sans trou : même plus peur des chiens.

Puis nous marchons sur le ballast du métro aérien.

La station à laquelle nous parvenons me rappelle (sans doute en raison de la chaleur et du profond silence) celles du métro berlinois à (l’approche de) Wannsee.

Ici, nous sommes repérées par des habitants des maisons en contrebas, qui nous montrent du doigt. Alors nous nous rappelons les mises en garde d’un graffeur rencontré juste avant le grand saut et nous déguerpissons.

Je ne suis pas très sensible aux fresques urbaines mais quelques-unes ici m’ont vraiment plu. Je me contenterai d’une photo de détail, en couleur parce que ça lui va bien.

Mon truc, c’est plutôt les objets trouvés. Ils ne manquent pas, sur les voies du métro (certains tronçons de la ligne sont de véritables décharges) mais diverses natures mortes ont particulièrement attiré mon attention. En voici deux.

Suite de notre promenade à Charleroi, demain.

Charleroi (1) : une annonce

Quand un magazine hollandais a désigné Charleroi comme la ville la plus laide du monde, j’ai senti qu’elle pouvait me plaire. J’y ai trouvé des échos des paysages miniers qui ont baigné mon adolescence, mais aussi des paysages post-industriels qui accueillent mes courses à pied et qui constituent mon territoire d’élection, et, en super bonus, quelques atmosphères berlinoises. Un après-midi ne nous a pas permis d’embrasser tant de splendeur : il faudra y retourner. En attendant, je vous propose une semaine carolo.

Cette photo a été prise dans une station souterraine sur la ligne de métro à l’abandon qui relie Montignies-sur-Sambre à Charleroi. Je vous présenterai quelques images de celle-ci dans Charleroi (2).