Magnétique

(Deux des tours Europe vues depuis le passage reliant la rue Jean-Jacques Rousseau à la rue Marcel Pinchon, Mons-en-Baroeul. Du Nouveau Mons, son architecte Henri Chomette disait : « Avec le bon sens du conseil municipal, nous avions décidé une proportion de 75 % de logements individuels. Les lieux heureux disposent aussi d’un centre d’attraction magnétique où les hommes se rencontrent. Le projet de la cité de Mons-en-Baroeul se sculptait en forme d’un cône, dont les bords extrêmes se distinguent par une faible densité. Au contraire, le centre s’élevait en hauteur. Là, serait rassemblé le maximum de population susceptible d’animer le cœur de la ville. Les pôles magnétiques – mairie, espace culturel, église, lieux de travail, de service et de détente, commerces – appelaient les habitants des secteurs individuels à rencontrer ceux des collectifs, et réciproquement. »)