Hantée (2)

(Rue Roger Salengro, Hellemmes.)

Extrait d’un manuscrit en cours de recyclage :
« Personne ne vit par goût dans une maison divisée dont le hall d’entrée (vous l’entrevoyez et le sentez brièvement par l’entrebâillement de la porte) exhale une odeur de chien assortie aux traces marron sur les murs, pourtant certains disent Ah moi, tu ne me ferais pas vivre dans un quartier aussi déprimant. Personne ne vit par goût sous la chasse d’eau d’un autre. »

Roots Manuva : A Haunting

Fun fun (2)

Extrait d’un texte que m’a inspiré la ville de Mons-en-Baroeul il y a deux ans :

« Un espace vert est enchâssé dans le quartier dit de Mons Sart. Il n’a certainement rien de secret pour les riverains qui le voient depuis leurs fenêtres, mais l’étranger de passage ne peut supposer qu’il se niche là, derrière les façades des maisons et des immeubles qui hachurent le ciel. L’on y accède par une dizaine de venelles à peine plus larges que des épaules et que l’on croirait taillées dans la brique et le troène ; l’étranger de passage ne les remarque pas et, s’il perçoit leur percée du coin de l’œil, il n’y prête aucune attention, l’identifie sans y penser comme l’un de ces renfoncements dans lesquels sont encastrées les armoires des opérateurs électriques ou téléphoniques, ne tourne pas la tête pour vérifier cette intuition a priori insignifiante. De quelque point que l’on y pénètre, l’espace vert semble tout petit, une vésicule d’herbe seule, mais l’on s’aperçoit bientôt que des chemins relient la vésicule en question à une autre vésicule puis à une autre encore, de sorte que l’on se trouve dans un espace vert en chapelet. Sa forme est déterminée par les logements qu’il agrémente : il mêle ses branches à celles des jardins par-dessus les grillages des lotissements et lèche la façade des résidences collectives. Il possède une aire de jeu rudimentaire à chaque extrémité, tandis que les vésicules intermédiaires dardent vers le ciel un minimalisme vert dépourvu d’ombre.

Parce qu’il est inséré dans un ensemble résidentiel hétérogène, cet espace vert n’est répertorié comme un parc ni par la municipalité ni par les cartographes. Il bénéficie théoriquement aux propriétaires des maisons et aux locataires des logements collectifs qui l’enserrent, soit une population nombreuse, pourtant il serait parfaitement désert si une jeune grand-mère ne se penchait sur le landau de son petit-fils et que je ne leur souriais à tous deux d’un pas leste, au cœur d’une vésicule nue, avec dans la carotide les crocs de leur beauté mélancolique. »

La musique que j’écoutais en courant à l’époque où je faisais ces observations – Grouper : Alien observer

Guy

Guy ne se prend pas pour un chat, ce n’est pas la question. Il aurait voulu être remarquable, ou tout au moins remarqué, voilà tout – comme ses héros Gypsy, Lucky, Rocky (et leurs nombreux amis). Bien qu’il affiche une certaine arrogance, il a conscience d’avoir un handicap par rapport à ces derniers : son nom manque d’étoffe. Si seulement il s’était appelé Happy, il serait bien nommé…

(Rue Thiers, Mons-en-Barœul.)

New York Dolls : Personality Crisis

Tofu power

Aujourd’hui, j’ai fini quelque chose. Pas un nouveau manuscrit, non, pas ENCORE. Cette année, j’avais aussi pour concept de courir 3000 km entre janvier et décembre. Tous les deux ou trois jours, j’ai donc couru une vingtaine de kilomètres, sans m’arrêter, y compris en cas d’obstacle : d’obstacle en obstacle, de détour en déviation, se dessinait le détail de mon itinéraire, dont je ne fixais que les grandes lignes. Mon minimum a dû être 15 pour cause de déchirure musculaire, mon maximum 27 pour cause d’amoureuse qui n’a pas la notion des distances et m’envoie à la mer en me disant que c’est à 10 (elle est super forte pour plein d’autres trucs) :

Genre.

L’année prochaine, mon concept sera de courir avec mon appareil photo. J’ai commencé, pour tester : si c’était un métier, c’est celui que je voudrais faire, jusqu’à usure totale de mes articulations.

Vous êtes nombreux à me demander le secret de ma forme, eh bien je vais vous le donner (considérez que c’est pour votre Noël) : je suis végétarienne.

The Modern Lovers : Roadrunner

Résultat du Grand Jeu Concours

(Église paroissiale du Christ-Ressuscité, Rue Charles Saint-Venant, Ronchin.)

Le missel prend donc une enveloppe à bulles pour Montpellier – et non pour Lyon, où une certaine Josette conteste le résultat avec une inquiétante virulence.

Florent Ghys : Swing Out From Open Position

Grand Jeu Concours

S’agit-il d’une église ou d’un gymnase ?

Soyez la / le plus rapide à le deviner, et gagnez un missel comme neuf – considérez que nous sommes en rupture définitive de topinambours bio (pour cause de partenariat exclusif). Frais de port à votre charge. Résultat demain, pour le jour du Seigneur. Résultat ce soir.

Un indice parce que j’ai bien conscience que c’est très très compliqué :

Michael Praetorius : Venite exultemus Domino (Huelgas Ensemble, Paul van Nevel).

Michoko (1)

Bienheureuse petite fille, qui aides ta mamie à ranger les courses dans le coffre de la voiture. Bienheureuse petite fille, que divertissent les albums de coloriage et les perles en plastique. Bienheureuse petite fille, qui cet après-midi tremperas de grandes tartines dans le chocolat chaud. Bienheureuse petite fille, qui apprends les tables de multiplication en sautant à cloche-pied dans le jardin.

Un jour il y aura l’amour comme une aiguille à tricoter dans tes intestins, il y aura l’argent, le ménage, les tampons hygiéniques, la solitude, l’alcool, la mort, ta mamie aura vieilli et sa peau deviendra translucide, ton papa et ta maman ne souhaiteront plus que tu leur dises je t’aime, on t’encouragera à porter des jupes, à travailler, à procréer, à baisser le son, tu voudras acheter des choses dont tu croiras avoir besoin, on demandera ta signature sur des papiers de toutes les couleurs et tu respireras des micro-particules.

Allez, reprends un Michoko.

Talking Heads : Once In A Lifetime

(Je viens de retrouver deux textes, écrits il y a plusieurs années, où il est question de Michoko ; je les aime bien. Je posterai prochainement le deuxième.)