NPR 7 du bonjour avec les chiens

J’ai scotché ce NPR hier matin, très tôt ; il dit (ce n’est pas très lisible)

des gens se promènent
avec des chiens
ils se disent bonjour
avec des chiens
c’est mieux que rien

Le soir, quand je suis repassée, il avait été arraché ; il ne restait de lui qu’un scotch et le liseré de papier que couvrait celui-ci. Je n’ai trouvé sa trace nulle part sur les bas-côtés, parmi les papiers gras, masques et kleenex usagés. Ce matin, j’ai retiré le scotch pour le mettre à la poubelle et je tenais à ce que vous soyez pleinement rassuré(e)s quant au respect de l’environnement dans lequel je procède à ces affichages sauvages.

Quant à ce qui a motivé la colère d’un(e) passant(e), sans doute est-ce un malentendu : je ne méprise pas les gens qui se disent bonjour avec des chiens, d’ailleurs je n’aurais jamais échangé trois mots avec la femme au bonnet si je ne m’étais figée, de profil et les mains sous le menton, quand son grand chien blanc a sautillé autour de moi – c’est la position que je prends spontanément quand j’ai peur d’un chien trop impétueux (et grand) ; un jour, je l’ai fait alors que les poches de mon short étaient pleines de pommes cueillies dans les vergers sauvages de la quatrième dimension (un de mes terrils préférés), je me sentais à mon avantage.

NPR 6 du grand chien blanc

C’est devenu comme à la maison, depuis que j’y vais deux à trois fois par jour, en courant, à vélo ou en marchant. Le cow-boy et moi nous disons bonjour, maintenant – je veux dire, pas juste un bonjour poli mais un vrai bonjour avec les yeux qui sourient. Son vieux berger allemand se poste perpendiculairement au chemin pour me regarder passer. Le grand type aux yeux écarquillés ne me fait plus peur. La dame rousse fait Ah et glousse quand on se croise pour la deuxième fois de la journée.

Mais je change aussi de décor, parfois. J’ai retracé mes parcours de la semaine sur une carte en ligne qui mesure les kilomètres (c’est aussi un moyen de les revivre un peu) et calculé ceci : au total, cette semaine, j’ai couru 80 km, marché 55 km et pédalé plus de 100 km. J’ai donc parcouru un total de 235 kilomètres à la seule force de mes muscles et, bien sûr, pas uniquement sur mon chemin fétiche du moment. Je suis allée chez mes amies à Faches-Thumesnil, par exemple, ce qui faisait déjà 66 km aller-retour par les chemins que j’ai choisis – un itinéraire différent à l’aller et au retour, ce qui m’a permis de faire des bisous à des tas de lieux où j’adorais courir pendant ma vie lilloise, avec une affection particulière pour les bois, champs et pâtures sertis entre Haubourdin, Emmerin et Houplin-Ancoisne. Quand je suis rentrée chez moi, au lever du jour, les lièvres couraient dans les champs vers Gondecourt et Allennes-les-Marais ; plus tard, au bord du canal, quelque part entre Annœullin et Don, j’ai vu des cormorans :

en zoomant :

NPR 4 du mutisme : un triptyque

Je tiens à m’excuser pour la mauvaise qualité de mes photos, c’est une question d’affichage qui dépasse largement mes compétences : elles ne sont pas floues à la base mais le deviennent en ligne. Depuis que j’ai mis à jour WordPress, il y a quelques semaines, j’ai beau essayer tous les réglages possibles, différentes tailles et résolutions, rien n’y fait : c’est calamiteux. Mon Antique dit qu’elle essaiera de trouver le problème – après le confinement, donc.

NPR 3 des 10 km

La France qui se lève tôt se demande quelle autorisation de sortie se signer pour pouvoir vaquer à ses nouveaux processus réversibles avant le lever du jour. Il est 3h53 et elle a déjà préparé son petit carton et ses punaises pour le numéro 3. Hier, elle est passée prendre des nouvelles de NPR 1 (qui a disparu : pfuit, Hollywood – comme le dit son Antique, quelqu’un l’a pris ! puisqu’on n’en trouve pas trace parmi les masques et papiers gras qui jonchent le sol du tunnel) et de NPR 2, qui a résisté à deux jours de tempête (et ça, dit son Antique, c’est la marque d’un bon travail) mais maintenant la France qui se lève tôt est bien ennuyée avec ses punaises dans la poche et elle réfléchit au texte qu’elle pourrait écrire sur une attestation de sortie dérogatoire durant les horaires du couvre-feu prouvant qu’elle a besoin de punaiser, scotcher, ficeler des processus réversibles au mobilier urbain à toute heure de la nuit.

NPR 2 des ventricules pas mieux

notes sur la France qui se lève tôt :

il est 5h du matin et j’arrime un tabouret au porte-bagages de mon vélo (je convoite un panneau un peu trop haut pour moi)

j’ajoute un fil à mon dispositif poétique (pochette plastifiée, bambou, ficelle, carton, scotch) parce qu’il y a beaucoup de vent, aujourd’hui encore

à 5h30, je suis prête et frétillante mais le couvre-feu bride mon ardeur à la tâche puisque je dois attendre une demi-heure pour m’y mettre ; je graisse ma chaîne de vélo, je m’épile les mollets, je trépigne

et à 5h55, n’y tenant plus, je file sur Mon Bolide

à 6h10, c’est avec émotion que je monte sur mon tabouret pour suspendre ce NPR 2 à un poteau, à l’entrée de mon chemin fétiche du moment et à la seule lumière de ma lampe de vélo

6h30, je dépose mon vélo, ôte ciré, gants et bonnet, enfile un short à la place de mon jean et file courir avec Tamara et Cate ; notez bien qu’il fait jour ; notez bien qu’il sera bientôt impossible d’assister au lever du soleil en mouvement

bref, revenons à nos nouveaux processus réversibles

in situ :

et, dans la foulée, voici ce contre quoi le NPR en question vous met en garde

un lièvre m’a regardée prendre la photo ci-dessus mais, quand j’ai tourné l’objectif vers lui, bien sûr, il a détalé

je triche un peu avec la photo ci-dessous, prise à Lille en 2018, mais sans elle il n’y aurait eu que 6 images et ce n’est pas un nombre premier ; j’aurais pu lui préférer un selfie puisque, pour tout avouer, les ventricules pas mieux sont les miens, mais il y en a déjà deux dans des billets récents (avec ma DS Vénus), ça va bien

Réouverture

Je le confirme : la semaine prochaine, j’inaugurerai ici une rubrique de Nouveaux processus réversibles. J’ai préparé les premiers papiers, fait des repérages, car il s’agira bien sûr de poèmes in situ, et un peu de travaux manuels : il n’y aura pas que du scotch mais un panneau bricolé maison qui ne sera pas facile à transporter en courant mais qui a l’avantage d’être à l’épreuve des intempéries et réutilisable (il suffira de glisser un autre texte dans la pochette plastifiée) à moins bien sûr qu’il ne soit vandalisé.

Le panneau est conçu pour mon chemin fétiche du moment, où l’on trouve donc les débris de mon cœur mais aussi tout le reste de la liste. J’envisage d’écrire quelque chose à propos de ce chemin, comme une galerie de portraits qui pourrait ressembler à ça :

prenons par exemple la femme au bonnet –
elle a les cheveux courts et un bonnet dessus
des chaussures de marche un sac à dos de style
beige et elle va quelque part d’un pas décidé
accompagnée d’un très grand chien blanc
qu’elle ne tient pas en laisse parce que
c’est son ami et non sa possession – elle se
rend quelque part tôt le matin avec son ami
elle est un peu comme moi sauf pour le chien
– moi aussi je suis souvent en train de me
rendre quelque part sans autre nécessité que
le mouvement perpétuel dans les hanches et
la curiosité qui n’épargne aucun interstice

je me demande parfois où vont la femme et
le chien blanc – sans doute plus loin que le
cow-boy qui écoute la radio avec son vieil
ami berger allemand et sa lampe de poche –
peut-être jusqu’à Rouvroy peut-être jusqu’à
Hénin-Beaumont ou même jusqu’à Dourges
avec ce sac à dos – la question restera sans
doute sans réponse puisque le monde des
deux amis femme et chien se situe près de
trois heurs après le mien et c’est bien par un
accident peu susceptible de se reproduire
qu’un jour d’été j’ai pu échanger avec eux
quelques mots vite emportés par le vent

(ce poème s’appelle Se rendre, à la base)

Mes processus réversibles

Il y avait autrefois sur ce blog une rubrique qui s’appelait processus réversibles et qui documentait une pratique poétique en mouvement. Il s’agissait de poèmes que je scotchais dans l’espace public ; je désignais certains d’entre eux comme des prières et les laissais donc le plus souvent à proximité d’un symbole religieux. Je photographiais le poème scotché au mobilier urbain et, d’autre part, les coulisses du processus réversible, à savoir le rouleau de scotch in situ. Le nom de « processus réversible » vient tout simplement du premier poème (ces happenings étant biodégradables, j’ai conservé le terme pour la série entière), qui date de janvier 2018 :

Tout ceci se faisait en courant – c’était l’époque où je courais avec appareil photo, papier, stylos, craies, scotch, ciseaux et parfois accessoires – on le verra plus bas. Cette série était parallèle à celle des patenôtres, prières en short dont vous pouvez encore voir les traces sur la page Ma pomme de ce blog.

Quelques-uns de mes processus réversibles favoris :

et son binôme, que j’aime beaucoup (ces deux photos ont été prises dans mon arrière-monde ronchinois préféré)

mes photos de making-of préférées :

Tout à l’heure, en tombant sur le dossier dans lequel je consigne les traces photo (souvent très moches, j’en conviens) de cette lubie qui m’a tenue quelques semaines en 2018, je me suis dit que c’était vraiment un chouette concept et que je le reprendrais bien. Oh oui, tiens, je vais faire ça. Je vous en donne des nouvelles très bientôt.