Jambes en l’air (12)

Avant de partir encore, j’ai le loisir de lever les jambes et je compte en profiter. Amis bretons, n’hésitez pas à passer samedi et dimanche au salon du livre de Binic pour m’offrir des cadeaux (pointure 39, taille M, plutôt chocolat au lait, pas de thé vert, mes cépages préférés sont syrah, mourvèdre et grenache et je n’aime pas qu’on m’offre des livres, je préfère les choisir moi-même). En attendant le départ, je salue ma liberté de mouvement : tractopelle, échangeurs et tour Europe.

Jambes en l’air (11)

Vous êtes nombreux à réclamer la suite de cette série, que j’ai certes négligée pendant quelques jours (c’est que, lever les jambes, je n’ai pas que ça à faire). Mais je comprends que vous ayez pris goût à voir le monde par en-dessous avec mes baskets à contre-jour, aussi je cède à la pression et je pense que je ne vous décevrai pas : voici la serre équatoriale du jardin des plantes, à Lille, un pylône électrique dit « Chat » et l’église Sainte-Rictrude à Ronchin.

Jambes en l’air (10)

Les villes ne me disent plus grand chose, ces derniers temps, je crois qu’elle boudent un peu. Il y a le même visage partout, en surimpression, qui me détourne des Rideaux et chalets. Mais je continue à lever les jambes et à regarder sous les jupes du monde. Aujourd’hui, sur un terrain de basket, un chemin de campagne et sous le métro aérien.

Jambes en l’air (9)

J’aime bien écouter le Prélude à l’après-midi d’un faune en courant dans les ZUP, et Judy is a punk dans les champs. J’aime bien lever les jambes un peu partout. Aujourd’hui, encore sur une voie ferrée, sous une authentique vache et sous le mât de Wiclo (c’est un bateau amarré près du Grand Tournant, à Lambersart).

Jambes en l’air (8)

+ misread sign révélateur de mon état d’esprit : j’ai lu Rue Radieuse au lieu de Rue Faidherbe, quand même… Aujourd’hui, au cours de ma promenade au pas de course, de bonheur j’ai levé les jambes devant la tour hertzienne, devant le terrain militaire (défense d’entrer) puis sous un pont ferroviaire.

Jambes en l’air (7)

Rhôô, j’ai encore mis des chaussettes dépareillées… Aujourd’hui, dans notre palpitante série de jambes en l’air, un manège, une passerelle et une gare désaffectée (celle de Lomme).

Jambes en l’air (6)

Je lève les jambes à mon retour sur mon territoire de prédilection, auprès de mes chéri(e)s. Église, pont et tour d’habitation de 15 étages (il faut au moins ça).

Jambes en l’air (5)

Pas une course à pied sans que je lève les jambes en votre honneur. Sélection du jour : une passerelle au-dessus d’une voie rapide, des palmiers du Nord (California Dreaming) et une voie ferrée, oui oui, oui : quand je vous dis que je suis prête à me mettre en danger pour vos beaux yeux…

Jambes en l’air (4)

Ma vie est parfois difficile, dans la mesure où elle me confronte à un fléau social que je nommerai la question normative. Si j’avais été secrétaire ou manucure et que j’étais une mère de famille honorable, me poserait-on des questions du genre, « Vous avez un travail, à côté ? » ou « À quel âge avez-vous pris conscience de votre hétérosexualité ? » Puisque la civilisation me considère comme un phénomène de cirque, dites-moi pourquoi je me priverais de cette série de jambes en l’air ? Au programme aujourd’hui : moulin, poste électrique et tunnel qui fait flipper (en plus la lumière est bleue). Les gouttes de pluie sur l’objectif vous rappellent combien je donne de ma personne pour votre divertissement…