In the upper room (15)

Louez le Seigneur, pour seulement 29,99€ la demi-journée (voir conditions).

(Chemin du Patronage, Wattignies.)

Black Strobe : For Those Who Came to Earth Thru The Devil’s Asshole

Sac à dos

Vous savez, les amis, je ne fais pas que prendre des photos pourries en baskets, me faire des amis merveilleux et trouver le grand amour. J’écris aussi des livres et parfois des gens les aiment bien. Par exemple, La vitesse sur la peau, mon dernier roman pour adolescents (Le Rouergue) vient de gagner le prix « Roman et sac à dos ». Eh bien ça fait sacrément plaisir.

Kicker

Aujourd’hui, ma super complice bruxelloise et moi avons enregistré les seize premières minutes de notre lecture musicale. Je lis un texte inédit, Mes petites amoureuses, et elle fait tout le reste. Vous vous demandez bien de qui il s’agit, hein ? Eh bien, la voici :

Son assistante s’appelle Clémentine Collette, vous avez peut-être eu le plaisir de l’entendre au sein de ses groupes, Panda Royal et Nasty Candy & Coco Lipstick. J’ai déjà posté des vidéos sur ce blog (notamment ici) donc vous avez forcément entendu et trouvé ça génial.

J’ai hâte de pouvoir présenter en public le fruit de cette si belle collaboration. Je suis heureuse et très fière. Accessoirement, nous formons aussi une équipe gagnante au baby-foot – pardon, au kicker.

help-help-help

Je reprends bientôt les déplacements professionnels et cette perspective fait du tricot avec mes viscères – des mailles serrées. Je serai seule sur Mars, je ne pourrai pas courir à Mons-en-Baroeul et mon chat ne veut pas m’accompagner (elle a horreur du TGV). Je remercie d’avance Marion, qui me sauve le Binic, et Ben, qui me sauve la Villeurbanne, mais il reste encore des sauveurs à trouver pour le Jura, la Champagne-Ardennes et le Berry. Allez, on se mobilise, les amis, on m’envoie ses disponibilités par pigeon.

Meredith Monk : Doctor/patient (l’une des rares pièces vocales de Meredith qui comporte des mots – enfin, des mots : « help »)

Personnalisez logo

L’image ci-dessous m’a servi de logo pendant six mois : depuis l’ouverture de ce blog. Aujourd’hui, elle ne me semble plus en cohérence avec le contenu de mes publications, devenues quotidiennes. Je l’avais choisie parce qu’elle correspond à mon esthétique littéraire (à rebours du noble et du scintillant, bien au cordeau, avec différents plans, etc.) et que, par ailleurs, elle traduit plutôt bien l’ennui des étés en ville, ennui qui, a contrario, me passionne. Je l’ai prise depuis la passerelle de l’Europe, à Lambersart, le 29 août dernier ; j’ai déjà posté ici une trace écrite de ce moment – un texte qui figure dans un recueil de poèmes que je compte bientôt soumettre à mon éditeur.

La photo par laquelle je l’ai remplacée, dans le coin supérieur gauche de cette page d’accueil, est ce qu’il convient d’appeler un autoportrait involontaire ; je l’ai découvert alors que je passais en revue mes photos prises hier. Quand j’ai observé l’une d’elles de près, j’ai souri : Tiens tiens, regardez qui voici… J’avais voulu prendre un élément en hauteur (que je posterai dans le billet suivant, tant que j’y suis) et je n’avais pas remarqué mon reflet sur la fenêtre du rez-de-chaussée. J’ai découpé un carré de l’image et me suis dit qu’il ferait un logo particulièrement approprié.

In the upper room (11) + mini centre commercial

Pas une semaine sans que je vous donne à réfléchir sur les deux fléaux de nos dimanches : 1. Dieu est mort, Sa Maison nous appelle en vain de sa leste cloche, nous préférons courir, boire ou manger du tofu en sauce et en famille que de dire « et avec votre esprit » en chœur dans le froid stagnant des églises ; 2. nous réclamons l’ouverture des mini centres commerciaux le jour dudit Seigneur pour pouvoir noyer dans la consommation l’hostie desséchée de nos âmes, que la perte du sacré a laissées faibles et vacillantes comme une flamme d’allumette dans un cercueil fermé. Atchoum.

(Centre pastoral Notre Dame de bon secours, clos Clémenceau, Wattignies.)

(Rue du Dr Laennec, Wattignies.)

Angles

Sous certains angles, la ville s’emmêle dans le regard. De la maison semble pousser le clocher qui se dresse devant la tour, et la brume est leur complice. Et la vitesse et la musique et la pensée de celle que j’aime, qui est aussi une musique, donnent à l’ensemble un relief surnaturel, comme si je pouvais, de loin, de mes mains, assembler autrement les différents plans qui s’offrent à moi ; sauf qu’ils sont très bien, là. Très bien comme ça.

(Boulevard Alphonse Gayet, Mons-en-Baroeul.)

Cercueil : Odd lines

Bestiaire de Wattignies (1)

Certaines villes fascinent par leur rapport particulier au monde animal. Wattignies est de celles-ci. Pour commencer, je me contenterai de m’attarder sur une maison. L’une de ses voisines vous ouvrira ses ailes dès demain, j’en fais ici le serment. Entrons en douceur dans cet univers sauvage.

Je sais que c’est flou, merci bien, j’essayais simplement de vous préparer à la vision terrifiante que voici :

Bouh… Et ce n’est pas tout…

(Rue Albert Samain.)

Captain Beefheart : Wild Life