Vertébrale(s)

Mes co-Vertébrales et moi-même avons concocté un petit document pour présenter notre projet. Le voici.

Rencontre entre Fanny Chiarello, Aude Rabillon et Florentine Rey dans les dunes du Havre de Regnéville-sur-mer en mai 2022

Un groupe de recherche et une résidence nomade

VERTÉBRALE(S) est un groupe de recherche initié par Fanny Chiarello, Aude Rabillon et Florentine Rey, dont les questionnements tournent autour de la forme et du dispositif dans la création artistique. Animées par l’intuition d’un inédit-inouï, d’un quelque chose du monde qui reste à penser et qui se trouve probablement du côté du féminin, Vertébrale(s) propose de valoriser une pensée hors des cadres, une pensée des interstices et des lisières, explorant des formes ouvertes, mouvantes, évolutives.

VERTÉBRALE(S) se déplace à la rencontre d’autres créatrices – autrices, plasticiennes, musiciennes, poètes, photographes, compositrices, chorégraphes, circassiennes, illustratrices, etc. -, pour les inviter à échanger et à partager leur réflexion autour des pratiques artistiques, accueillant de nouveaux contenus, des visions, des intuitions.

VERTÉBRALE(S) adopte l’itinérance comme mode de rencontre et de recherche.

Au commencement

Fanny Chiarello, Aude Rabillon et Florentine Rey se sont rencontrées au Centre de Création des Fours à Chaux à Regnéville-sur-Mer en mai 2022. Leur entente s’est cristallisée dans les dunes du Havre de Regnéville-sur-mer au petit matin, au hasard d’un paysage sans bords, flottant et variant.

Intuitions

Nous avons l’intuition d’un impensé dans le monde qui se situe probablement du côté du principe féminin. Les forces de ce principe féminin peuvent avoir trait à la corporéité, à une expérience spécifique de l’altérité ainsi que, précisément, à la part de l’intuition dans l’élaboration d’une pensée et d’un langage en marge des rhétoriques. Nous percevons une corrélation très vive entre ces forces et les formes que nous explorons et cherchons.
Cet impensé/inexploré concerne également la question des espaces, en particulier des espaces interstitiels, que nous sentons extrêmement liés à nos recherches formelles. Nous pensons qu’il est essentiel de prendre en considération ces espaces interstitiels, ces « vides entre », ces non lieux.

Pistes

VERTÉBRALE(S) c’est convoquer les forces du principe féminin comme celles des espaces interstitiels en se demandant comment elles peuvent être génératrices de formes ouvertes, en mouvement, respirantes, évolutives pour accueillir de nouveaux contenus, visions, intuitions.

VERTÉBRALE(S) c’est partager et expliciter nos démarches artistiques, capter, nommer, penser les formes qui nous traversent, habiter les interstices, les transitions, explorer les bords et les non lieux.

VERTÉBRALE(S) prend la forme d’une résidence nomade : aller dans des lieux où les interstices sont prégnants et saillants (zones rurales, havre normands, zones industrielles, terrils, etc.)

VERTÉBRALE(S) c’est repérer et questionner les formes de pensées collectives et s’interroger sur la marginalité de certaines collaborations. La création peut-elle être pensée comme matière, comme lien physique, comme contact ?

Collaborations

Au gré des hasards, des rencontres, des lieux qui nous accueillent, VERTÉBRALE(S) invite des créatrices à échanger, à partager leurs recherches et à s’exprimer en public accompagnées par les coordinatrices. Les invitées sont choisies pour leur recherche artistique, leur questionnement des formes dans leur pratique et leur rapport au territoire qu’elles occupent.

2022 – 2023 : deux premières sessions en Normandie et dans les Hauts-de-France
Du 18 au 22 novembre 2022 au Centre de création des Fours à Chaux de Regnéville-sur-mer
Les 27, 28 et 29 janvier 2023 à la Villa Yourcenar à Saint-Jans-Cappel

Organisation des trois jours

Premier jour : rencontre avec les invitées, partages des pratiques et des idées autour d’un déjeuner commun et d’une après-midi consacrée aux recherches.
Deuxième jour : temps de réflexion entre les coordinatrices et mise en forme des idées et des matériaux.
Troisième jour : petites formes participatives et improvisées avec le public

Traces

A l’issue des trois jours, les coordinatrices pourront mettre en ligne une trace des journées et permettre à celleux non présent·e·s pour le temps de partage public de prendre connaissance des avancées. Elles rendront compte à leurs façons : écrit, vidéo, sons…

Les vertébrale(s)

Fanny Chiarello est romancière et poète.
En courant ou à vélo, avec son appareil photo et son carnet, elle cherche les résidus de sauvagerie dans les villes et les intrusions de la civilisation dans la nature, puis elle écrit des trucs. À ses heures perdues, elle constitue un répertoire de créatrices sonores du monde entier. http://www.fannychiarello.com/

Aude Rabillon est compositrice électroacousticienne.
Captant le hors champ, affectionnant ce qui (se) décale et nous déplace écoutant, elle aime à tendre son micro pour recueillir les presque rien et les bruissements, les paroles perdues et éclats de voix. Elle s’attache à les amplifier et les tisser ensemble jusqu’à ce qu’ils trouvent leur place et leur juste résonance. https://auderabillon.wordpress.com/

Florentine Rey est poète et performeuse.
Elle a choisi de vivre au plus près d’une liberté têtue et nomade, cherchant à agrandir l’espace en soi qui permet la pensée et la création. https://florentine-rey.fr

Paris avec Wendy & Cie

Ce week-end à Paris, j’ai d’abord rencontré Coraline Aim, autrice de Red Flag et future invitée des Vertébrale(s), dont je parlerai ici très bientôt. Puis j’ai retrouvé Wendy et nous avons présenté L’Évaporée aux Mots à la Bouche ; j’étais heureuse de faire la première rencontre de ma vie dans une librairie LGBT (il est étonnant, pour qui a découvert son homosexualité à 11 ans et publié des histoires mettant en scène des couples de femmes depuis l’âge de 25 ans, d’avoir dû attendre l’âge honorable de 48 ans pour accéder à une librairie du milieu – ce que je dois, j’en suis parfaitement consciente, à ma co-autrice, qui quant à elle en est une icône).

J’ai beaucoup aimé l’expérience, la librairie était pleine, les lecteur.ice.s tou.te.s souriant.e.s, leurs questions nombreuses et intéressantes, j’étais heureuse de rencontrer trois personnes de Cambourakis, Caroline, Rachel et notre éditrice, Laurence Bourgeon, et j’ai eu la bonne surprise de revoir Marianne Dupain et Annah, que je n’avais pas vues depuis mars à Regnéville-sur-Mer. Nous avons bu des verres jusque tard (merci à Jo pour la photo).

Et cet après-midi, nous étions à la Régulière, autre super librairie, une fois encore face à un public nombreux (surtout pour un samedi après-midi) et très spontané, avec des questions qui fusent de partout et de belles rencontres pendant les dédicaces. Ci-dessous, Wendy et moi entourons notre éditrice, Laurence, qui nous aura vraiment consacré une bonne part de son week-end. Je mesure notre chance <3

Ensuite de quoi, avant que je ne rentre m’effondrer de fatigue dans mon Airbnb very parisien (il faut traverser le bac de douche, dans la cuisine, pour atteindre les toilettes), renonçant à rejoindre mes amies Marianne et Annah, j’ai enfin bu un verre avec Wendy.

TESTE

Mon poème L’autoroute de l’An 2000 figurera dans le numéro d’automne de la revue TESTE. Merci à Cédric Lerible pour son invitation et à toute l’équipe de m’y accueillir – surtout pour un numéro qu’illustre un si magnifique cerf…

TESTE 47 – véhicule poétique – automne 2022
82 pages – 10 € – 26 x 19 cm – issn 2112-4469
Couverture Alexandre Marchi « Le brame du cerf » (détail).
Commandes en librairies courant du mois d’octobre.

Bandcamp Daily

Aujourd’hui, en une de Bandcamp, on peut voir cette photo de mon amoureuse prise par moi. Merci à mon amie Aude Rabillon de me l’avoir signalé : bien que j’utilise beaucoup Bandcamp, je pense trop rarement à passer par la page d’accueil.

avant Paris

où (RAPPEL) Wendy et moi présenterons L’Évaporée demain vendredi à 19h aux Mots à la Bouche et samedi à 16h à la Régulière,

avant Paris où je me réjouis d’aller (une fois n’est pas coutume) parce que voir ligne précédente + il y aura des amies,

avant Paris, malgré la joie des rencontres en librairie avec Wendy, que je verrai donc pour la troisième fois de ma vie (n’est-ce pas fou ?),

j’ai eu besoin de faire un petit tour à vélo ce matin dans mes paysages, de respirer l’air pur, la lumière, la brume, le silence et la beauté

L’Obs

Un immense merci à Élisabeth Philippe pour sa chronique de L’Évaporée dans L’Obs et pour son dossier sur ce qu’elle appelle la nouvelle vague mauve, qui nous cite également, Wendy et moi.

hier

dans la magnifique librairie du Channel, à Calais, Clara animait la première rencontre de sa vie et elle était parfaite ; et les lecteur.ice.s étaient formidables, je me souviendrai longtemps de Ninon, de sa grand-mère, d’une seconde Clara, d’Armelle, d’une jeune lycéenne survivante d’une autre évaporation et de bien d’autres – et de leurs sourires, de leurs rires, de leurs questions, de leurs exclamations, de nos discussions pendant les dédicaces. J’ai aussi aimé le délicieux repas vegan préparé par le chef du Channel et transporté à travers le bâtiment désert à la lueur des téléphones, les conversations à bâtons rompus avec Clara, Basile et Marie. Et le gîte du Channel, qui m’a fait regretter d’avoir décliné, il y a 23 ans, une proposition de résidence (si vous voulez bien m’inviter de nouveau, merci d’avance). Et les rues de Calais, tôt le matin. Et le spectaculaire lever du soleil. Et le train régional tortillard qui s’arrêtait à toutes les gares, et les paysages donnaient envie d’être sur un vélo, à parcourir ces chemins de campagne, zigzaguant entre les marais.

(Clara et moi pendant la rencontre ; merci à Basile pour la photo)

ci-dessus, le château d’eau du Channel au lever du soleil et ci-dessous, le paon dans le parc qui fait face à l’hôtel de ville et à ses Bourgeois de Calais

Des chevales en vivarium dans le centre-ville :

et un sujet de réflexion – d’autant que, par le plus grand des hasards, je suis passée au moment où une équipe municipale décrochait les grappes de ballons

Je me suis dit que je pourrais vivre à Calais. Que je pourrais vivre à Dunkerque. Où, encore ? A Douai, à Valenciennes, à Beuvry… Dans pas mal de villes, à vrai dire, moi qui pendant des décennies de vie lilloise n’ai pu concevoir de vivre dans aucune des villes que je traversais, dans aucune des villes où je séjournais brièvement pour une rencontre, une résidence, un festival. J’ai bien changé, maintenant que je suis bien là où je suis ; je pars d’un pas alerte, puis je souris de revenir, je souris dès les premiers terrils à l’horizon (ce matin, Noeux-les-Mines).

the most exciting

Sur l’un de mes sites Internet préférés, aujourd’hui, on peut lire que mon amoureuse est l’une des musiciennes les plus enthousiasmantes et novatrices au monde. L’article, dont voici un extrait, porte plus précisément sur son dernier album solo en date, joué sur une batterie en porcelaine dite

Le reste de l’article ici, sur Foxy Digitalis.

Le Channel

Merci à Clara Liparelli, de la librairie du Channel, de m’avoir signalé ce très chouette article paru aujourd’hui dans Nord Littoral, et merci à Émilie Demeulemeester, qui en est l’autrice.

télégramme

plus de temps pour blog cause rentrée chapeaux de roue entre Évaporée + groupe de recherche Vertébrale(s) avec Aude Rabillon et Florentine Rey + création label de musique expérimentale / micro-édition de poésie en anglais 100% féminin avec Valentina + clôture manuscrits etc. – L’Évaporée à ce jour 50 coups de cœur libraires 2 réimpressions et 2 entrefilets dans la presse (merci beaucoup pour le soutien) programme des prochaines rencontres en cours d’élaboration – rappel ce soir librairie du Channel Calais 19h – Lyon lancement L’Évaporée à la Madeleine avec Wendy sur écran pour cause covid super accueil super lectrices (+ 1 homme) puis tablée Chromatique avec Katia Bouchoueva Isa Stragliati Béatrice Brérot Flora Souchier Mya et bien sûr Valentina – Pantin Cité Fertile festival Empow’Her chouette librairie 1 livre 1 tasse de thé cocktails Lillet rencontre Lisette Lombé – 8 jours avec ma merveilleuse chérie Lens Lyon Paris Lille Lens all the love all the kisses trains badminton chatons breakfast in bed coconut oil dossiers subventions en anglais pour label – rentrée à Londres hier me manque déjà la mia bambolina

rituel librairie la Madeleine Lyon – photomaton avec Juliet et le livre – photos Valentina merci

première rencontre avec Katia Bouchoueva (juste après achèvement premier livre de poésie à 4 mains) – photo Isa Stragliati merci

Paris dans appartement vide dit bureau super amis de Valentina – collectionneurs d’art contemporain = espaces épurés = respiration après enfer des rues étroites et densité de population démentielle