Lu et su

En passant devant ces deux commerces, ce matin, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Saint-André-lez-Lille, je me suis rappelé cette appréciation que les instituteurs attribuaient après les contrôles, à mon époque : « Lu et su » (abréviation de « Leçon lue et sue »).

La vraie campagne (ou pas)

Aujourd’hui j’ai couru à la campagne : pour changer. Pour arrêter d’être obsessionnelle avec les fenêtres, leurs décorations, Rideaux et Voilages. Eh bien, à la campagne aussi, on est nostalgique de la campagne – la quête d’authenticité y paraît nécessairement paradoxale. Pour preuve ce puits décoratif comme on en voit tant dans les lotissements à la périphérie des grandes villes (vous noterez la présence d’un vrai cheval – en tout petit – sur l’image, ça change des chevaux de fenêtre, assurément), et ce chalet en plastique pour enfants devant une vraie grange, le tout sur le chemin de Muchaux, à Verlinghem. Fascinant.


Vrai faux cheval, quelques centaines de mètres plus loin :

Vrai paysage du Nord :

(C’est magnifique mais il y fait très froid.)

Misread signs

(Mons-en-Baroeul.)

Chaque fois que je passe devant ce panneau, je ris toute seule : chaque fois, sans exception, même si j’avais envie de pleurer la seconde d’avant. Ça a commencé un matin où j’étais plongée dans mes pensées : ce panneau m’a accroché l’œil parce que j’ai cru y lire « Rue Bryan Ferry ». Souvent, quand je cours, ce que j’appelle des misread signs (// misheard lyrics) me déconcentrent de mon travail et me valent des éclats de rire (comme cette autre fois où j’ai cru lire Alvin et les communistes sur l’affiche d’un film pour les enfants). Maintenant, chaque fois que je passe au pied des tours America, je dis, Salut Bryan ! et je glousse bêtement.

Bryan Ferry : The In Crowd

Mon problème

(Boulevard Napoléon 1er, Mons-en-Barœul.)

rien n’a de sens alors
je devrais me sentir monstrueusement libre et
danser nue au sommet des constructions humaines
il n’y a pas de bonne réponse
personne ne viendra me dire à la fin
si j’ai fait les bons choix
si j’ai bien respecté les contours prévus pour moi
il n’y aura pas de note pas même d’appréciation alors
qu’est-ce que je fais dans ces vêtements ?
qu’est-ce que je fais assise sur cette chaise ? alors
pourquoi cette envie de tout casser
avec les pieds et les poings ?
c’est quoi mon problème ?

Sonic Youth : Confusion Is Next

Chalets du Nord : un catalogue

Treize chalets du Nord inédits + un faux.

(Avenue du Maréchal Leclerc, Lambersart.)

(Idem : premier cas de chalets voisins.)

(Rue de Valmy à Marcq-en-Baroeul.)

(Rue Albert Thomas, Lomme.)

(Rue Anatole France, Lomme.)

(Rue de l’Égalité, Lomme.)

(Idem : deuxième cas de chalets voisins.)

(Rue Ernest Wallaert, Lomme.)

(Avenue René Coty, Mons-en-Baroeul.)

(Avenue Virnot, Mons-en-Barœul.)

(Rue Branly, Lille St Maurice-Pellevoisin.)

(Rue Jean Jacques Rousseau, Mons-en-Barœul.)

(Idem : troisième cas de chalets voisins.)

(Rue Pascal, Lille St Maurice-Pellevoisin.)

Grâces

Avenue Émile Zola, à Lille (dans le prolongement de l’avenue Saint-Maur), voisinent ces deux images poétiques. Ça change un peu de la lutte des classes. La danseuse sans tête m’a été signalée par Héléna, que je remercie.

Charles Mingus : The Black Saint & The Sinner Lady (je recommande cet album à ceux et celles d’entre vous qui détestent le jazz : vous serez réconcilié(e)s)