l’arbre de Noël de Valentina,

c’est la semaine prochaine au Café Oto.

Il y aura plein de gens qu’on aime, venus de partout, de Porto, New York et même Nantes puisque ma chère Vertébrale Aude sera de la fête, il y aura des concerts, des DJ sets et même une lecture de poésie – nous allons, Valentina et moi, rejouer Permanent Draft et ce sera forcément très différent de ce que nous avons fait à Ravenne.

Je me réjouis aussi de rencontrer enfin Dali de Saint Paul, extraordinaire musicienne française établie à Bristol depuis 2011, avec qui je corresponds depuis quelques mois – nous échangeons, entre autre, des disques contre des livres. On trouve un bel échantillon de son univers ici – écoutez A Cephalopod de Viridian Ensemble, l’un de mes préférés, vous n’entendrez plus jamais le mot tentacule de la même manière. Je vous reparlerai bientôt de Dali dans le cadre très pro quoiqu’aussi très punk de notre label.

Pour finir ce billet, avant de filer à Londres pour huit jours, voici une photo de Valentina et moi prise à Ravenne et que j’aime bien. © Festival Transmissions.

le petit Pedro

a la chance que mon amoureuse lui laisse un peu de place sur cette page du journal Il Manifesto (qui est un peu le Libé italien). Il est question dans cet article du besoin d’explorer de nouvelles formes et un peu aussi de Permanent Draft – la performance que nous avons faite à Ravenne, à laquelle le journaliste a assisté, mais aussi le label, dont nous lui avons parlé. Il y a même l’annonce du disque de Valentina avec Susumu (aka Zongamin), qui paraîtra en février si je ne mélange pas les dates et que j’ai déjà usé depuis des mois ; il fera danser les foules, celui-là, c’est sûr.

Ravenna

Nous sommes arrivées à Ravenne jeudi soir après un long voyage – treize heures de train + avion en ce qui me concerne. Nous avons déposé nos affaires à l’hôtel et filé au théâtre tout proche pour assister aux excellents concerts de Silvia Tarozzi puis de Lucrecia Dalt avec son super (et très sympathique) percussionniste Alex – tout le monde est sympathique ici, particulièrement les artistes sur les photos ci-dessous, Marta, Erland, Sam, Miriam, Francesco et les autres.

J’ai toujours dit que les tote bags étaient la fin de la civilisation – des contenants fabriqués censément à des fins écologiques mais qui sont devenus des objets de collection, l’aberration suprême étant pour moi les opérations de green washing où l’on distribue aux citoyens des milliers de sacs Développement durable fabriqués en Chine – mais celui-ci, my God, c’est le tote de ma vie…

J’ai pris cette photo dans notre chambre. Nous sommes tou.te.s hébergé.e.s dans un vieil hôtel au calme inégalable, très chic : il a même une salle de gym, des vélos gratuits et une église, entre l’ascenseur et la salle du petit déjeuner. Elle n’est pas très fréquentée.

Le matin, ici comme ailleurs, je me lève tôt pour aller courir avant de réveiller mon amoureuse pour le petit déjeuner.

Ravenne n’est pas seulement la ville de Dante et de la mosaïque,

il y aussi une forêt humide, que j’espère visiter demain avant qu’on ne reparte à l’aéroport, et un canal, Canal Corsini, qui traverse une immense zone industrielle. Les mosaïques et Dante étant déjà très documentés, je propose de vous faire visiter les abords du canal. On quitte le centre de Ravenne par un pont vitré surplombant les voies de la gare.

On ne se pose pas trop de questions, au début. On se dit que ça peut arriver, des street artists assez habiles et organisé.e.s pour peindre des fresques sur des bâtiments aussi surveillés que ceux des ZI.

Ce hangar en dentelle de bois intrigue quand même un peu.

L’atmosphère est quelque peu menaçante.

On regarde la ZI qui somnole en face, très calme y compris pour un samedi, et même si la splendeur de la ville tient en partie à sa décadence, on se dit que la décadence a quelque chose d’un peu plus inquiétant appliquée à une ZI qu’à un palazzo.

On traverse le canal pour aller voir ces infrastructures de plus près ;

depuis ce pont, on peut apercevoir une partie visiblement plus animée de la ZI, avec notamment des volutes de fumée qui vont se fondre dans les nuages.

Puis on comprend :

C’est une ZI désaffectée.

(Pour une raison qui m’échappe, Mickey s’y plaît bien.)

Certaines visions sont fascinantes, post-apocalyptiques,

d’autres presque mélancoliques.

Depuis l’autre rive, je n’avais pas perçu tout cela.

Après avoir sillonné un quartier que j’appelle en mon for intérieur le Villeneuve-d’Ascq de Ravenne, j’ai gagné un grand parc où je me suis fait des potes canards, oies, poules d’eau mais aussi ragondins.

Hier soir, nous avons écouté le formidable concert de Kali Malone. Ce soir, entre 22 et 23h, je vais lire mes poèmes en anglais, en duo avec Valentina. Nous avons une heure cet après-midi pour répéter, essayer des choses, des combinaisons de batterie, de backing tracks qu’elle a préparées et de field recordings que j’ai enregistrés chez moi. J’espère qu’à l’issue de cette performance, mon nom ne sera pas rayé des tote bags.

Différent trains

Demain, Valentina et moi nous rendons au Transmissions Festival. Pour rejoindre mon amoureuse à Rome, je vais prendre deux trains, un avion et encore un train ; puis, ensemble, nous prendrons trois autres trains jusqu’à Ravenne. Soit un peu plus que mes quatre trains et un taxi d’hier pour rentrer de Regnéville avec un crochet par la Maison de la Radio et un direct sur France Culture avec Wendy.

J’aurai un peu le tournis après tout ça et sans doute envie de courir pour évacuer les toxines du voyage. Ensuite, je commencerai à avoir un sérieux trac de jouer dans un festival où je serai strictement la seule à ne pas être une superstar de la scène expérimentale et la seule à ne pas avoir l’habitude des grandes jauges – si un public de 650 personnes n’est rien pour ces formidables performeur.se.s, pour moi c’est proprement vertigineux (et dire que je vais lire en anglais…)

En attendant, notre amie Laila Sakini a inclus dans sa dernière émission sur Noods Radio les deux courts morceaux de notre 45 tours Permanent Draft. On peut voir la playlist entière et, mieux, l’écouter, ici. Merci Laila <3

Paste

Je me rends compte que je n’ai pas parlé de l’une des dernières parutions de mon amoureuse – il faut dire à ma décharge qu’elle a une actualité discographique assez importante, particulièrement cette année. Il faut dire aussi que je connaissais déjà bien cet album avant sa sortie et qu’il avait déjà en quelque sorte affecté mon quotidien : depuis le mois de juin, chaque fois que nos échanges téléphoniques ou vidéo sont contrariés, je m’empêche de dire Can you hear me? à cause d’un titre de cet album, Melon, faute de quoi Valentina me joue toute la suite : You don’t know me but I know you, I sure as fuck know you. Pour écouter l’album et/ou se le procurer, cliquer ici.

Ici, Valentina avec Tom et (de dos) Joe – photo d’Amy Gwatkin.

Transmissions festival

Si on m’avait dit, il y a neuf mois encore, qu’un jour je partagerais une affiche avec les légendes de la scène expérimentale que sont Valentina, Kali Malone ou encore Lucrecia Dalt, même un tout petit bout de l’affiche, je me serais esclaffée. Merci à Valentina et à Marta Salogni pour leur confiance.

Permanent Draft : ta mère

La version numérique est en ligne aujourd’hui ; quant à l’objet, il sera disponible le 2 décembre : Permanent Draft est un flexi disc (45-tours souple, une seule face gravée) inséré dans un livret de 13 photos et 13 poèmes. Il esquisse la ligne esthétique de notre label et sort sur le label ami Horn Of Plenty de Nick Hamilton ; le graphisme est de Karolina Kołodziej, qui nous suit également dans l’aventure du label. Merci infiniment à eux deux. On peut donc désormais se procurer Permanent Draft ici.

Pourquoi le « ta mère » du titre, me demanderez-vous ? Parce que sur l’un des morceaux, je dis « Tu souris mais la vérité est amère », phrase traduisant littéralement ce qu’une passante a dit à Valentina un jour, dans une rue de Londres, « You smile but the truth is bitter ». Le mix fait clairement entendre un ta mère qui nous fait beaucoup rire. L’image sur la pochette est tirée du mode d’emploi d’un masque facial hydratant.

Voici le texte que Valentina et moi avons écrit avant-hier, à la demande de Nick, pour présenter l’objet sur Bandcamp :

Conceived as a manifesto for eponymous all-female label Permanent Draft, this limited flexi comes with a booklet of poetry and pictures based on the prime number 13.

Permanent Draft aims to highlight works showing a certain taste for fragmentary, irrepressible creative eruption and lo-fi experiments. Leaving the grandiose apart to pay and bring attention to the sounds, details and anecdotes of everyday life, picking up raw material from the ordinary.

Bitter truths, migrainous fulfilments, dead clowns, broken gods, taffeta fairies, fruit foxes and non-binary empty frames outline these very aesthetics.

crédits

Music composed, recorded and produced by Valentina Magaletti
Vocals and texts by Fanny Chiarello
Photographs by Valentina Magaletti & Fanny Chiarello
Mixed by Leon Marks
Mastered by Marta Salogni
Design by Karolina Kołodziej

Dire que je suis heureuse de cette parution serait un ridicule euphémisme…

le pompon

Hier à la MEP, nous avons vu cette inscription étonnante, qui semblait répondre à point nommé à une nouvelle déception éditoriale (par chance, celle-ci m’est échue deux jours après une excellente nouvelle, dont je parlerai bientôt ici).

Nous avons aussi pris cette photo très Permanent Draft.

Ici, je pose avec un sanglier très en colère – pour changer.

Tous les soirs, quand Valentina s’assied à sa batterie et s’apprête à jouer pendant 35′ à un rythme extrêmement soutenu, sans temps mort, je suis en proie à une sorte d’anxiété. J’ai peur que quelque chose ne se passe pas bien, qu’une baguette s’envole ou je ne sais quoi. Ça la fait rire (elle a joué des milliers de fois en concert) et ça l’attendrit à la fois. Hier, j’ai réussi à ne pas entendre ni voir qu’elle avait cassé une mailloche et en avait attrapé une autre aussi vite pour la remplacer ; je m’en suis rendu compte quand les lumières se sont rallumées et que j’ai vu le pompon sur le sol du Centquatre.

Ce midi, Valentina a fait la pub de L’Évaporée à la Librairie du Parc, à la Villette.

Ce soir, nous avons admiré le coucher du soleil une dernière fois par la fenêtre de notre chambre.

Demain, nous prenons le train pour Lens

Paris avec la remarquable

Je ne vais pas me plaindre ; depuis notre appart-hôtel, nous avons une vue sur les lignes de la gare du Nord, nous voyons passer les RER et les TGV. Parfois, il y en a quatre en même temps, à des vitesses différentes, vers les sud et vers le nord, un véritable ballet – et le ballet, c’est la raison de notre présence ici. La densité de population dans notre quartier est respirable et le matin tôt je peux même courir – vers la Villette, essentiellement. Le problème, c’est qu’ici comme partout dans cette ville, un buisson = un rat. Chaque jour, les endroits où j’ose courir dans l’obscurité sont moins nombreux après qu’une rencontre malencontreuse (pour le rat comme pour moi) me fait renoncer à revenir. Je ne parle pas du spectacle de la misère – une amie me disait hier dans un mouvement de bras que depuis sa baie vitrée, elle voyait les bateaux sur le canal ; mais moi, mon œil s’accrochait aux campements de tentes déglinguées sous les ponts et passerelles. J’imaginais les rats fureter à leur proximité, la nuit. Je suppose que pour vivre ici, il faut apprendre à ne pas voir.

Autres vues depuis notre fenêtre. J’ai un peu peine pour ces oiseaux ; il y a tant de fabuleux paysages dans ce pays, sur ce continent, sur cette planète, pourquoi s’attarder dans cette ville sale, polluée, au volume sonore démentiel ?

Nous errons un peu aussi, avec pour jalons des disquaires et des restaurants véganes.

Le soir, Valentina joue avec le ballet national du Portugal, 35′ sans répit. Ici on la voit lors des balances que la compagnie persiste à appeler check sound, ce qui nous amuse beaucoup.

Petite vidéo de la générale – sans costumes, donc, ni public. Hier, lors de la première, devant une salle comble, c’était encore plus merveilleux.

la remarquable

Passer une semaine à Paris, la ville dont la vue satellite ne révèle aucune tache verte fût-elle mini mini, relève à mes yeux du cauchemar. Il faut vraiment que je tienne beaucoup à la remarquable Valentina pour faire un truc pareil. On pourra la voir et l’entendre quatre soirs de suite au Centquatre au milieu des danseurs et danseuses, la semaine prochaine du jeudi soir au dimanche soir.