Bristol

C’est jeudi soir. Valentina et moi allons sans doute jouer en avant-première les morceaux de notre album à venir. Merci à Dali de Saint Paul pour son invitation, à Music to Come et Strange Brew de nous accueillir en si géniale compagnie.

Où trouver Basta Now cet été

Parmi les librairies où l’on peut trouver Basta Now en ce moment,

After8 Books (Paris, France)

Ancienne Belgique (Brussels, Belgium)

Artwords (London, UK)

Bis Aufs Messer (Berlin, Germany)

Cone Shape Top (Oakland, USA)

Donlon (London, UK)

Dying Lake (Tel Aviv, Israel)

Hyper Hypo (Athens, Greece)

Laietana de Llibreteria (Barcelona, Spain)

Magalleria (Bath, UK)

Materia Prima (Porto, Portugal)

Metropolis Bookshop (Melbourne, Australia)

Paard Van Troje (Belgium, Brussels)

Pages of Hackney (London, UK)

Pen Fight Distro (Salford, UK)

Photographers Gallery (London, UK)

Pony Books (Gothenburg, Sweden)

ProQM (Berlin, Germany)

Rare Mags (Stockport, UK)

Rile (Brussels, Belgium)

Shelflife Books and Zines (Cardiff, UK)

South London Gallery (London, UK)

Spruce (Manila, Philippines)

Taco! (London, UK)

Tender (London, UK)

UNITOM (Manchester, UK)

Cette liste n’est pas exhaustive (je constate qu’il y manque quelques lieux où je suis sûre qu’on le trouve) mais c’est celle qu’Antenne (l’un de nos deux distributeurs) vient de me fournir.

Blast

Dans Blast, une tribune contre l’extrême droite. Comme je l’ai signée, je me permets de la relayer ici.

Nous, personnalités, associations et collectifs antispécistes, appelons à une mobilisation forte et claire contre l’extrême droite qui, partout et depuis toujours, s’attaque avec violence aux plus vulnérables.

Le spécisme, idéologie qui hiérarchise les animaux en fonction de l’espèce à laquelle ils appartiennent, se nourrit des idées défendues par l’extrême droite. En premier lieu : domination de certains groupes sur d’autres, acceptation des discriminations arbitraires et promotion active de politiques inégalitaires.

L’antispécisme est tout l’inverse. C’est un mouvement profondément égalitariste et altruiste, qui s’inscrit pleinement dans les luttes contre tous les suprémacismes, oppressions et préjugés qui nuisent à autrui.

L’éventuelle accession au pouvoir du Rassemblement National représente un péril terrible pour l’ensemble des groupes humains minorisés et pour tous les animaux. C’est aussi une menace pour l’ensemble des personnes défendant leurs intérêts : nous n’oublions pas qu’en 2022, Marine Le Pen a soutenu l’amendement dit « anti-L214 », qui prévoit la pénalisation fiscale des donateurs d’associations relayant les lanceurs d’alertes [1].

Jordan Bardella a voté contre l’interdiction des corridas, de la chasse le weekend et du gavage des oies et canards pour la production de foie gras, ou encore pour le maintien du chalutage en eau profonde dans les aires marines protégées et des subventions aux élevages intensifs [2]. Des prises de position peu surprenantes quand on sait qu’il qualifie l’antispécisme de « menace civilisationnelle » [3].

L’extrême droite et ses représentants ne se contentent pas d’abandonner les animaux ou de les oublier : ils agissent contre eux, contre leurs intérêts et leurs droits, de façon active, intentionnelle et répétée [4]. Nous ne nous laisserons pas berner par les séances photos de madame Le Pen entourée de ses chats, et refusons fermement toute instrumentalisation de l’animalisme à des fins racistes, notamment antisémites et islamophobes.

Nous avons conscience que, sur la question animale, bien peu sont à la hauteur des enjeux. Le chantier est immense et les animaux sont trop souvent mis de côté, voire systématiquement éclipsés. Nous ne manquerons pas d’exiger, comme nous le faisons depuis longtemps, que chaque formation politique fasse beaucoup mieux qu’aujourd’hui.

Mais nous savons aussi – nous en avons des preuves tangibles – que l’extrême droite est depuis toujours une ennemie naturelle et acharnée des groupes infériorisés, animaux compris, et que dans un pays fasciste, notre puissance d’agir pour eux a toutes les chances d’être réduite à néant.

Pour ces raisons, et parce que nous estimons que le silence n’est pas permis face à un tel danger, nous appelons à une mobilisation convergente, massive et sans ambiguïté contre l’extrême droite, ainsi qu’à un vote en faveur du Nouveau Front Populaire lors des élections législatives des 30 juin et 7 juillet prochains.

[1] https://x.com/MLP_officiel/status/1577641323795988491
[2]https://www.europarl.europa.eu/meps/fr/131580/JORDAN_BARDELLA/home, https://www.politique-animaux.fr/jordan-bardella
[3] https://www.youtube.com/watch?v=Xq4R45cH8oM
[4] https://www.politique-animaux.fr/rn

Revue & Corrigée

Dans le dernier numéro de Revue & Corrigée,

mon interview par Delphine Dora au sujet de Basta Now.

C’est le premier soutien que nous ayons reçu en France et j’en remercie infiniment Delphine (formidable musicienne dont je parle d’ailleurs dans le livre).

Tranquille

Il faut arrêter de penser qu’on se réveille ce matin dans un pays d’extrême droite, sous une pluie diluvienne : les élécteur-ice-s d’hier n’ont pas improvisé leurs convictions en passant le seuil du bureau de vote et la pluie n’est pas d’aujourd’hui, elle dure depuis octobre. Tout va bien, rien n’a changé. Nous pouvons continuer de consommer tranquilles et de savourer notre pouvoir de destruction. <3

Late Junction

Hier soir, j’étais sur la BBC, Radio 3, avec un mix de 30′ composé, à la demande de Kit Callin, producteurice de l’émission Late Junction, à partir du chapitre Mouths de Basta Now. On peut m’entendre et (plus intéressant) entendre mon mix ici – à partir de 39’50. Merci infiniment à Kit pour cette invitation.

Tracklist de mon mix:

Sissel Vera Pettersen & Randi Pontoppidan, Inner Lift
Ute Wasserman, Strange Song 1 (excerpt), 0’35
Tanya Tagaq, Sulfur, 1’21
Maja Solveig Kjelstrup Ratkje, Joy, 4’16
Ka Baird & Muyassar Kurdi, Voice Games, 6’10
Sofia Jernberg with Lene Grenager, The Melody, 8’53
Propan (Ina Sagstuen & Natali Abrahamsen Garner), Berlin Clubbing, 10’50
Nour Mobarak, Monte Albán Scream, 12’42
Ute Wasserman, Strange Song 1 (excerpt), 13’21
Ani Zakareishvili, Mtirala, 14’15
Ecka Mordecai, La Charnière II, 17′
Delphine Dora, Songe, 17’59
Gail Priest, Clone Drone, 19’35
Adela Mede, Na Jar Sa Všetko Roztopí, 22’42
Ute Wassermann, Strange Song 1 (excerpt), 24’11
Jennifer Walshe, G.LO.R.I, 26’46

PS : Contrairement à ce que peut laisser entendre le petit texte de présentation du livre sur le site de la BBC, j’ai bien écrit ce livre seule et non en collaboration avec Valentina, qui n’écrit pas davantage que je ne joue de la batterie.

En Italie

Ce soir s’achève ma tournée italienne avec Valentina et en partie avec Dali de Saint Paul. Ce périple nous a menées de Bari à Tarente puis à Matera, et ensuite de Milan à Turin. Dans le Sud, Valentina, Dali et moi avons fait des repérages pour un moyen métrage expérimental que nous allons tourner en octobre et dont j’écris le scénario ; nous avons rencontré un certain nombre de nos partenaires et collaborateur-ice-s. J’en dirai plus en temps voulu.

Ici, Dali sur un toit de Taranto.

Et moi aussi, j’en ai pris, des photos – j’en posterai quelques-unes ici bientôt.

Ici, Dali et Valentina sur un toit de Matera.

Dali et moi face aux collines que j’ai parcourues de haut en bas en haut en bas sous un soleil de plomb, escaladant la roche d’une caverne à l’autre.

Valentina et moi présentant Basta Now à Milan, à HEX Records & Books, répondant aux questions d’Alessia Riva,

puis à Turin, au festival Jazz is Dead, avec également Marta Salogni (à gauche). Ici, une interprète, Vittoria Ghirardi, traduisait mon anglais de compétition en italien ; nous étions interviewées par Chiara Colli de la RAI.

Cette dernière étape à Turin a aussi marqué la fin de ma tournée des dentistes italiens (j’aurai testé ceux de Taranto, Bari et Milan, et découvert OKI, célèbre kétoprofène italien que je vénère pour m’avoir délivrée pendant quelques heures de douleurs insoutenables). Valentina et moi aurons cumulé à nous deux, au cours de ce voyage, assez de problèmes de santé pour rivaliser avec Je n’suis pas bien portant de Gaston Ouvrard. Pour clôturer ce petit circuit pas très touristique, nous aurons eu droit à une scène d’apocalypse, avec un déluge de grêles qui aura noyé le site du festival. Des congères ont ainsi accueilli les festivaliers téméraires.

Antenne

Basta Now est désormais distribué par Antenne Books, qui travaille avec un réseau de librairies queer sur trois continents. Aujourd’hui, on pouvait par exemple le trouver au Tate Modern, près de Yoko Ono, à l’occasion du salon Offprint London. (A priori, Central Bazaar continuera de le distribuer auprès des disquaires.)

Au mois de septembre aura lieu une petite révolution dans la jeune histoire de Permanent Draft, un partenariat qui devrait nous ouvrir beaucoup de portes pour multiplier les projets.

NTS

Merci à Elena Colombi de nous avoir accueillies dans son émission sur NTS. Ce fut une émission mouvementée où, malgré mes notes, j’ai dû improviser avec des aléas techniques et des contraintes qui m’étaient jusqu’alors inconnues. Mais finalement, c’était un très bon moment. Merci aussi à Maria Bertel de m’avoir permis de diffuser en avant-première un morceau de son formidable album à paraître le 24, et qu’elle m’a généreusement envoyé. <3

ICA

Merci à Valentina de m’avoir invitée sur scène à l’Institute of Contemporary Art, vendredi dernier, le temps de quelques poèmes. Merci à Luca pour la photo.

Et merci à la librairie de l’ICA de proposer Basta Now, comme souvent en bonne compagnie…