/3 : <3

L’une vibre et l’autre frétille, toutes deux se cabrent de joie parce qu’ensemble, elles sont libres et sauvages, le vent dans la crinière. Il n’y aura pas de happy end pour ces chevales parce qu’il n’y aura pas de fin, jamais, juste un infini chemin heureux.

Les chevales ci-dessus pourraient figurer dans le catalogue Imagin’Hair – elles en seraient sans doute les fleurons.

(photos prises à Annay-sous-Lens, Lens et Loison-sous-Lens – oui, il y a beaucoup de villes-sous-Lens parce que Lens c’est grand et ça rayonne sévère)

/ 3 : En attendant

Ce matin, au retour d’Hénin-Beaumont, j’ai attendu. Pas longtemps, disons dix minutes. Il était très tôt et les humains ne se bousculaient pas encore au soleil (j’en ai vu trois : autant que j’en avais vu au long de mes vingt kilomètres de vélo, juste avant). Il y a toujours des tas de choses à voir quand on s’arrête quelque part et qu’on attend, d’ailleurs j’ai pris des dizaines de photos. J’étais quand même contente que deux rouges-gorges me tiennent compagnie. Non, ce n’est pas que je m’ennuie quand j’attends, c’est que le mouvement me manque. J’imagine que je pourrais être en train de fendre l’air et de sentir chauffer mes muscles et ça me donne des spasmes d’impatience.

– Fait pas chaud, chaud, hein.
– Non mais y fait beau.
– Ouais, ça va faire mal aux yeux dans le coin, aujourd’hui. Va y avoir du fluo, je te le dis.
– Pis c’est dimanche.
– Arrête, ça me fatigue d’avance.
– Pareil. En plus j’ai pris un petit déjeuner trop copieux. On ferait pas une sieste ?
– Ok, à dans trois secondes.

Les oiseaux n’ont pas le luxe du sommeil paradoxal, ils ont trop de prédateurs. Ils ne rêvent jamais.

/ 3 : Foulque dans la brume

Dans le NPR 31 d’interdiction et d’instruction, je fais allusion au lever du soleil sur l’étang du Brochet alors que les photos sont plutôt claires et nettes. C’est qu’il faut bien dissocier lever du jour et lever du soleil. Ainsi, quelques minutes encore après avoir terminé l’accrochage, alors que je gagnais l’autre rive du canal en passant sur le pont désormais bien connu (cf. NPR des lapins), j’ai pu admirer ceci.

Une foulque passait par là.

Puis elle a plongé. Les foulques sont essentiellement végétariennes mais parfois elles se laissent à aller à manger des larves d’insectes et des bivalves.

Souvent, les foulques se battent comme on le dit des chiffonnières (je connais mieux les foulques ; à l’avenir, j’emploierai l’expression se battre comme des foulques).

/ 3 : Oiseaux d’eau noirs

Ce matin, les animaux étaient joyeux et nombreux près du terril de Noyelles, les lapins surgissaient de toutes part et les oiseaux mêlaient leurs chants. Un cygne a craché quand j’ai essayé de lui parler, il s’est vexé que ça m’amuse, un héron s’est envolé alors que je disais bonjour à des poules d’eaux, foulques et grèbes huppés, me réjouissais de voir sympathiser un colvert et un Duclair (j’avais assisté, mercredi, à un tel rapprochement sur la Deûle, au retour de Lille). Pour accueillir ces canards noirs à jabot blanc apparemment d’origine normande, voici un /3 consacré aux oiseaux d’eau noirs que l’on rencontre à Noyelles-sous-Lens. Ci-dessous, un canard de Duclair , un cygne noir et une foulque macroule Jésus. Pas de poule d’eau, non (ça ferait un / 4 et ce ne serait pas un nombre premier), pourtant je dois confesser une tendresse toute particulière pour les gallinules. Chaque fois que je vois une de ces poulettes courir vers le canal, mon cœur fond, j’ai envie de déposer un baiser très délicat au sommet de son crâne. Les photos ne sont pas nettes, il était très tôt et le ciel est plombé ce matin.

/3 : NPR 10 des oh des ah

Hier matin, je suis enfin retournée saluer mes amis les oiseaux d’eau à Noyelles ; Carrie a manifesté bruyamment son mécontentement d’avoir été si longtemps délaissée. Les lapins étaient nombreux. La brume flottait sur la pâture, le canal et les marais. Le soleil a fait exactement ce que j’espérais qu’il ferait, pour la photo.

(le soleil ne flamboie pas
pour nous tirer des oh des ah
il est là, comme nous
c’est tout)

L’après-midi, alors que je me rendais sur mon chemin fétiche à vélo, j’ai découvert ce soleil enfantin dessiné sur le sol grumeleux

et je me suis rappelé cette vieille photo prise dans la métropole lilloise et dont la lumière ressemble à ce que je ressens depuis quelques jours.

Il y a un mois, Dame Sam, ma DS Vénus, me quittait. Il se trouve que sa disparition a eu des conséquences inattendues dont je n’étais pas en état d’affronter la violence et qui m’ont plongée dans une espèce d’état second – de même qu’une douleur physique trop forte peut nous faire perdre connaissance. J’ai repris mes esprits dimanche et regardé avec étonnement tout ce que j’avais fait pendant ce mois de cinq minutes, en même temps que je remontais le fleuve à la nage. J’étais donc bien là, mais ce n’était pas tout à fait moi. Aujourd’hui, je suis convalescente. Parfois, je souris aux choses et aux gens, je souris à la lumière sur les arbres. Parfois, leur beauté me fait mal. Hier, mes amies et moi avons dit au revoir à Dame Sam ; nous avons planté des fleurs pour elle au fond du jardin et la musique était, sur mesure, Venus de Shocking Blue.

/ 3 : Chaussons

plus je suis fatiguée moins je sens que je cours
c’est facile et pendant un peu plus d’une heure
malgré le givre qui mordille, je n’ai pas froid
tandis qu’à la maison si, assise j’ai froid dedans
et faim de nouveau quand la nausée bâille alors

j’ai fait des chaussons avec les pommes que ma
nouvelle éditrice m’a apportées mardi ce sont
mes premiers chaussons aux pommes de la vie
diminuée, les gestes sont revenus spontanément
et je n’ai pas pleuré parce que je n’ai plus d’eau
dedans, ni chaleur ni eau ni parfois rien du tout :
il arrive que la douleur reste collée hors de vue
– une chaussette dans un tambour de machine –

et quand elle revient, le sang fouette l’intérieur
de mon crâne, aussi abrasif que du sable pulsé
par pression et grand débit d’air et la tête tourne
– ainsi, quand j’ai décollé du mobilier urbain
les affichettes de Dame Sam a disparu et que
sur les photos elle me dardait son regard vert
impérial. ce matin alors que je courais dans la
nuit scintillante je lui ai dit Mon bébé, envoie
-moi une étoile filante et j’ai imaginé son regard
vert cligner nonchalamment bien sûr car cette
petite chipie chat n’en a jamais fait qu’à sa tête

Bleu, jaune, vert

Parmi les séries de photos que j’ai triées cette semaine, j’aime particulièrement ce triptyque en couleurs qui date du 31 mars 2018. Ce jour-là, je courais au bord de la Deûle, plus précisément à la Canteraine, entre Haubourdin et Emmerin. Je ne pratiquais guère à cette époque-là que le noir et blanc, d’ailleurs je me souviens que ces images avaient quelque chose d’exceptionnel à mes yeux. Il me semble que j’avais intitulé mon billet Bleu, jaune, vert mais je n’en suis plus très sûre. La troisième photo est complètement ratée mais je la laisse parce que c’est l’authentique trace de ce moment, du moins sa seule trace verte.

Ponvour

Ça y est, j’ai croisé l’autre – l’autre joggeur que moi qui court avec un masque. L’autre joggeur que moi qui ne crache pas ses miasmes à la face des passants. Nous avons la même technique : en ville, nous portons le masque tout le temps et, dans la nature, nous le remontons sur notre nez dès que nous apercevons quelqu’un au loin, parfois vraiment loin (car nous prenons en compte le vent, sa force et sa direction) puis nous le laissons quelque temps encore après avoir dépassé la personne que nous souhaitons épargner (toujours pour cette histoire de vent).

Non, ce n’est pas agréable de courir avec un masque et on respire beaucoup moins bien mais il y a un certain nombre de choses qui sont moins agréables, ces temps-ci, c’est comme ça. Nous ne sommes pas des enfants, l’autre joggeur et moi, nous pouvons souffrir quelques frustrations.

Comme moi, l’autre joggeur ne porte pas de vêtements techniques fluo ni de gadgets et ne souffle pas bruyamment. C’est un joggeur selon mon cœur, efficace et sans esbroufe. Nous nous sommes aperçus de loin, nous avons remonté nos masques et, quand nous nous sommes croisés, nous nous sommes souri si grand derrière le bleu pâle chirurgical que ça s’est vu à nos yeux.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est canal-de-roubaix2-1024x1024.jpg.

Il y avait bien longtemps que je n’avais croisé un joggeur sans éprouver l’envie de lui fendre la tête en deux – par chance, je rencontre peu de joggeurs en général puisque je cours volontiers avant le lever du jour. Ainsi, avant-hier, je n’ai croisé que 2 personnes en 1h15, dont 1 chien. Je leur ai dit bonjour – avec le masque, ça faisait ponvour mais ils ont répondu très gentiment.


(Ces images ont été prises dans la métropole lilloise ; elles font partie de ce que j’appelle mes Instantanés urbains, que certain(e)s d’entre vous ont peut-être connus, il y a bien longtemps, quand ce blog était très structuré. Cette semaine, j’ai trié toutes mes photos prises en mouvement dans mon ancienne vie – des milliers, que j’avais déjà classées par villes ou par thématiques – et je réfléchis maintenant à une manière d’en exposer ici quelques-unes de mes séries préférées.)

/ 3 : Entre deux eaux

je cours entre deux eaux : à ma gauche, l’étang d’affaissement creusé il y a des décennies par la pression du terril 94

à ma droite, le canal de la Souchez

je cours entre deux eaux et les palabres des oiseaux me parviennent comme en stéréo alors je ris

une chose que l’on sait peu à propos des cygnes, c’est qu’ils crachent comme des chats – l’un d’eux l’a fait l’autre jour en réponse à une phrase amicale que je lui avais lancée, j’en suis restée bouche bée

ou alors, Vénus fka Dame Sam s’était déguisée