La narration : rediffusion

J’ai retrouvé avec émotion une série que je publiais sur mon ancien blog, il y a une dizaine d’années. J’ai décidé de vous la rediffuser dans l’ordre – c’est important parce que la narration est très construite et le suspense haletant (ou insoutenable, au choix), comme se doit de l’être un suspense. L’image n’est pas terrible mais vous n’allez pas me casser les pieds avec ça, sinon je veux aussi vous voir harceler les chaînes de télévision qui rediffusent indéfiniment vos Derrick et Colombo préférés. Ma série s’appelle Avec Marie-Eustache et nos amis. C’est un titre vendeur, je ne le changerai pas ; épargnez-nous tout un tapage. Premier épisode dans quelques instants. Mais, avant tout, ma présentation et mon avertissement de l’époque :

« En France, traditionnellement, l’on appelle Marie-Eustache tout être vivant de sexe féminin dont on a oublié ou dont on n’a jamais su le véritable prénom. Une ancienne camarade de classe qui vous a salué préfère s’entendre répondre « Bonjour Marie-Eustache » que « Vraiment, je ne vous remets pas ». Vous trouvez, dans une rue, la chiotte (ici pour le féminin du chiot) d’un voisin qui la recherchait désespérément depuis plus de quarante-huit heures après qu’elle s’est enfuie ayant becqueté la clôture du jardin – il s’agit en effet d’une jeune bulldog – ; vous avez oublié le nom de la bestiole : vous l’appelez, « Viens là, Marie-Eustache », et l’espiègle créature vous suivra à coup sûr jusque chez ses maîtres. Vous ne savez quel prénom attribuer à votre oreiller de célibataire en vous remémorant cette chouette brune que vous avez croisée au supermarché, et naturellement vous optez pour ? Marie-Eustache, bien sûr. C’est ça, la France, quand on a oublié le véritable nom d’un être vivant de sexe féminin. »

La femelle du requin

Merci à Joachim Arthuys, dont je suis l’invitée dans ce numéro de la revue La femelle du requin . J’y parle, entre autres choses, de la poésie de Laura Kasischke. J’y rends également hommage à ma grand-mère Denise, qui me manque chaque jour.

La première page de mon texte, réduite en carré :

Montreuil

Vendredi je serai au Salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil. Au programme : rencontre avec la Néerlandaise Annet Huizing, auteur de Comment j’ai écrit un roman sans m’en rendre compte (Syros) devant rien moins que six classes de collège ; je parlerai de La vitesse sur la peau. Retrouvez-moi aussi sur le stand du Rouergue de 12h30 à 13h30 et de 15h à 16h.

Stendhal Hors les Murs (ex Missions Stendhal)

Les 12 lauréats 2017. Entre parenthèses, le pays de destination.

Salim BACHI (Cuba)
Fanny CHIARELLO (États-Unis)
Marion de DOMINCIS (Algérie)
Cédric GRAS (Albanie/Kosovo/Serbie)
Marion GUENARD (Égypte)
Yasmine KHLAT (Liban)
Niels LABUZAN (Botswana)
Gwen LE GAC (Argentine)
Gaspard MARIE-JANVIER (Israël)
Mathilde RAMADIER (Norvège)
Nicolas RICHARD (États-Unis)
Emmanuel RUBEN (Bulgarie/Roumanie/Ukraine)

(Soon, soon, soon… Pour un mois de résidence.)

Lecteurs.com

Je réponds à quelques questions de lecteurs sur lecteurs.com :
le-zeppelin
« Retrouvez les réponses de Fanny Chiarello à ses lecteurs à propos de son roman Le Zeppelin

Pour rappel, la critique de Christophe Robert pour « Le Zeppelin » est à lire ici

Sophie Dupont : Comment vous est venue l’envie d’écrire ce livre ?

Tout est dans le premier chapitre, qui ébauche vraiment la période pendant laquelle j’ai écrit la première version du Zeppelin. Ce chapitre est à la troisième personne parce que j’avais dix ans de moins à l’époque dont il est question : j’avais besoin de cette distance pour l’évoquer, mais ça n’en parle pas moins de moi. Pour résumer, le Zeppelin était ma réaction au traumatisme du 11 Septembre – il pourrait aussi être une réponse aux attentats plus récents. J’ai voulu écrire un roman qui tournerait en dérision les structures du film catastrophe pour montrer que dans le monde que je décris, non édulcoré, non hollywoodien, il n’existe rien de tel que l’héroïsme et la solidarité. J’ai choisi ce biais en hommage à Richard Brautigan, auteur qui a détourné plusieurs genres romanesques (roman noir, gothique, western, etc.) et dont la lecture m’a aidée à surmonter l’horreur de vivre dans un monde où tout me rappelait l’échec du collectif. Ce dernier est évidemment le sujet du Zeppelin.

Qu’avez-vous souhaité transmettre à votre lecteur ?

Je ne pense jamais aux lecteurs quand j’écris, c’est la plus grande honnêteté que je puisse avoir envers eux ; l’inverse serait de la séduction. Ma démarche est toute dédiée à la recherche littéraire, sans considération parasite et surtout pas commerciale.

Vous êtes vous rendu compte à un moment que votre écriture pouvait désorienter le lecteur ?

Écrire consiste à créer une langue singulière dans la matière du langage commun. C’est en tout cas ma vision de l’écriture, je suis de cette école-là : de celle qui accorde plus d’importance à la manière de raconter qu’à ce qui est raconté. En tant que lectrice, de la même manière, je ne suis pas une consommatrice mais une exploratrice d’écritures audacieuses et d’univers inédits, qui seuls m’intéressent. Je ne vais pas très loin dans un livre qui ne me désoriente pas, que je le lise ou l’écrive.

Quel est le lien entre l’avant-dernier chapitre et le reste du livre ?

Dans le chapitre qui le précède, « Ouroboros : titre d’un seul chapitre », on voit l’auteur fictif se plaindre de ce que son roman s’est annulé lui-même ; le chapitre « Tous ne seront pas épargnés » vient donc remplacer tout ce qui a précédé et montre la manière dont se seraient étripés les habitants de La Maison si le Zeppelin n’avait pas survolé la ville, ce en quoi je sous-entends que la violence n’attendait qu’un déclic pour exploser, et que le Zeppelin n’a été qu’un prétexte au déchaînement collectif dans cette ville plombée par un ennui existentiel profond.

Clara Defachel : Dans Le Zeppelin, tous vos personnages ont un côté marginal, voire inquiétant. C’est à eux que vous cédez la narration, qui reflète de fait leurs caractéristiques.

Je ne cède pas la narration, je la partage avec douze autres personnages. Par ailleurs, un angle d’approche de ce roman serait de considérer cette polyphonie douteuse comme un portrait de l’auteur en puzzle, alors je vous en donnerai, de l’inquiétant !

Quel était à votre sens le meilleur narrateur ?

Je ne comprends pas la question. Qu’est-ce que ça veut dire, « meilleur », quand on parle de personnages fictifs ? En tout cas, si j’avais estimé qu’il y en avait un « meilleur » que les autres (mais vraiment, quel drôle de concept !), je n’aurais pas écrit un roman polyphonique.

Parmi les habitants de La Maison, y en a-t-il un capable de racheter tous les autres ?

Le double de l’auteur, puisque d’une part il est omniscient et conscient, et que d’autre part il peut tout rejouer ; Sylvette Dix-Sept est son double allégorique en ceci qu’elle a également le pouvoir de réécrire cette histoire dont elle connaît la plupart des paramètres.

Question qui m’intrigue fortement (j’ai bien remarqué la chose, mais n’ai pas su trouver son sens) : pourquoi tous les personnages natifs de La Maison ont-ils un nom commençant par S ?

J’ai adopté le principe du Livre des Origines, registre d’état civil canin qui préconise de donner aux chiens de race un prénom commençant par telle ou telle lettre selon l’année de leur naissance. À La Maison, ce principe onomastique est resté bloqué depuis des générations sur le S, preuve supplémentaire de la fossilisation avancée de sa population, qui ne fait guère qu’entretenir ses superstitions – ce qu’elle appelle des malédictions. J’ai choisi la consonne sifflante parce qu’elle me paraissait convenir à une ville damnée qui n’existerait dans mes pages que le temps de s’autodétruire et de terrasser un zeppelin.

Merci Fanny Chiarello !

Karine Papillaud »

Merci à eux…