Zéphyrs embrasés

Nous appelons zéphyrs embrasés les odes artistiques à l’amour qui fleurissent dans nos villes et villages, y créant un printemps perpétuel. Ici, je vous en présenterai quelques-uns glanés dans la métropole lilloise, mais vous pouvez en découvrir bien d’autres dans mes National Geo – zéphyrs de Charleroi, Rotterdam ou New York. Pourquoi ce nom ? Si vous posez la question, c’est que vous ne connaissez pas la magnifique Barcarolle des Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach – je vous conseille alors cette version ; si vous n’avez pas envie de cliquer, voici au moins un extrait des paroles (elles sont de Jules Barbier) :

« Belle nuit, ô nuit d’amour,
souris à nos ivresses ;
nuit plus douce que le jour,
ô belle nuit d’amour !
Le temps fuit et sans retour
emporte nos tendresses
loin de cet heureux séjour,
le temps fuit sans retour.
Zéphyrs embrasés,
versez-nous vos caresses ;
zéphyrs embrasés,
Donnez-nous vos baisers.
Ah! »

1. zéphyrs en bas âge

l’amour, ça commence très tôt

nous recommandons aux plus jeunes d’entre vous d’éviter les porte-chandelle maléfiques – ne vous fiez pas aux colombes : si votre chaperon-ne a les yeux révulsés,

préférez la compagnie d’un cygne

non, ne faites pas ça, je vous en conjure : n’emménagez pas tout de suite ensemble

car très vite, vous serez gagnés par le flou que la vie domestique jette sur l’amour

un flou que même des moments privilégiés tels que la lecture à deux (y compris de Nous Deux) ne sauraient dissiper

un jour, vous vous apercevrez, jeunes gens, que votre passion a fini par s’écailler – quelle tristesse !

2. zéphyrs adultes (voire X)

la rencontre

un bal et on emballe, selon l’expression triviale

d’abord un premier baiser (vêtu)

puis LE baiser (dénudé – l’embrasement, ici, vous mène à un égoïsme tel que vous laissez le chat des Rideaux et Voilages agresser un innocent papillon)

et hop, vous voici sur les ailes de l’amour (mais pas sur celles du papillon, dont il ne restera bientôt rien : dans ton c*l, le papillon)

bientôt vous ne faites plus qu’un – au point, hélas, que vous finissez par vous perdre dans le couple et c’est un piège, au même titre que la vie domestique, croyez-moi – prenez garde

et voilà, vous n’aviez qu’à m’écouter

bon, ne vous pendez pas pour autant : tout espoir n’est pas perdu, on a vu souvent rejaillir le feu de l’ancien volcan, etc. (je dis juste que ce n’est pas une raison pour faire n’importe quoi)

3. zéphyrs animaux

a – beaucoup d’oiseaux

– face à face

l’un des deux peut parader en levant les ailes

voilà, comme ça

ou la tête

mais le rapport de forces n’est pas indispensable

– côte à côte

on note une plus grande complicité (oserai-je parler d’authenticité ?) une fois que la phase de séduction est passée (séduire = tromper)

je ne prétends pas qu’alors aucun danger ne menace le couple (ici, tigre) mais certain-e-s pensent qu’une bonne étoile (ici, oiseau chaperon aux ailes déployées, prêt à intervenir) veille sur les tourtereaux : « Tant que nous sommes ensemble », disent celles et ceux qui ont foi en l’amour et en ses zéphyrs embrasés, « rien ne peut nous arriver »

b – peu de pandas

(timidité ? jeu de mains ? chifoumi ?)

c – des oies : voir rubrique 5, ci-dessous

4. zéphyrs Mickey

classique (retrouvez le couple culte avec Picsou en chaperon dans Des Mickey du Nord)

mythique (// Bogart-Bacall)

5. zéphyrs angéliques

ce n’est pas parce qu’on n’a pas de sexe qu’on n’a pas le droit d’aimer (on est parfois même pas loin de MeToo)

voire de consentir à des acrobaties très coquines au cours de parties fines incluant des oies (les voici)

mais, encore une fois, ce n’est pas parce que ça reste platonique que ça ne peut pas être carrément bizarre

6. les lunes aussi peuvent s’aimer

la preuve

7. un avertissement

« Danger de mort, Zéphyr est passé par là », lit-on à la gare de Loos. Comment s’appelait-il ? demanderait Bogart à Bacall (l’un des deux cherche du feu pour allumer l’autre, comme on dit – ça fait longtemps que je n’ai pas vu ce film). Celui qui vous a tant fait souffrir, sous-entend-il.