Motherfucker

Le nouveau clip de Clemix (mon amie Clémentine Collette) vient d’être lancé officiellement sur le World Wide Web. J’ai l’honneur d’avoir trouvé le site du tournage (n’hésitez pas à faire appel à moi si vous cherchez des lieux glauques), d’y avoir couru avec une GoPro sur la tête (très seyant) et d’avoir vu toutes les versions du clip jusqu’à sa forme définitive (les débriefings d’après projection avec mes amies Aline et Claire vont me manquer). Longue vie à Motherfucker !

Quelques précisions

C’est maintenant sûr, je serai à la librairie La Cavale, à Montpellier, le samedi 18 mai à 15h30 en compagnie de Barlen Pyamootoo, écrivain et cinéaste mauricien également publié par l’Olivier. Nous échangerons sur la thématique « rendre hommage en littérature ».

Institut français

Mon entretien autour de A happy woman sur le nouveau site de l’Institut français est en ligne ici – j’ai bénéficié, pour mon voyage à New York, d’une bourse Stendhal.

L’Huma

Cette semaine, ma Ligne 18 a occupé trois pages de L’Humanité : avant-hier, hier et aujourd’hui, l’avant-dernière page réunissait deux photos et trois textes de l’exposition, que j’ai sélectionnés de manière à peu près thématique. Ce matin, j’ai ouvert le journal au relais de la gare et l’image de la jeune athlète m’a sauté à la figure. La jeune athlète dans L’Huma ! J’ai ri toute seule et acheté deux exemplaires, un pour elle et un pour moi.

Quelques rendez-vous

Si vous sonnez au 73 rue Eugène Haynaut, à Béthune, ce soir à 18h, j’aurai le plaisir de vous présenter mon exposition Ligne 18. Ce sera sous forme d’apéro avec quelques Colériques du Présent. Je n’en sais pas plus pour l’instant (vous me direz que c’est déjà bien), vous et moi partagerons le plaisir de la découverte.

Vous pourrez aussi voir cette Ligne 18 au salon du livre d’expression populaire et de critique sociale, également organisé par l’association Colères du Présent, le 1er mai à Arras – où je discuterai avec Canan Marasligil dès 10h du matin (hop) sur la scène des auteur-e-s.

Vous pourrez me voir sans exposition à la Comédie du Livre, à Montpellier, le 18 mai. Je ne sais pas encore ce que j’y ferai – il est vaguement question de claquettes mais rien d’officiel pour l’instant : je vous tiens au courant. Ce qui est sûr, c’est que vous pourrez écouter la lecture musicale de l’incroyable IBL (aka Kate Bish, carrément punk) à la librairie La Cavale, le vendredi 17 mai à 19h30 (pour vous joindre à mon équipe de cheerleaders, vous savez comment me contacter – nous sommes deux pour l’instant, motivez-vous un peu : ce ne sont que des pompons, vous pouvez le faire).

Le vendredi 24 mai, comme annoncé ici, je lirai quelques extraits de A happy woman à la librairie La Forge, à Marcq-en-Baroeul, en compagnie du violoncelliste Guillaume Lafeuille. Venez nombreux avec un petit pull (vestes autorisées) au cas où la météo nous permettrait de nous installer dans la cour.

Et le samedi 25 mai, les Parleuses vous attendront Chez Violette, place Vanhoenacker à Lille, où j’aurai l’honneur d’évoquer la vie et l’œuvre de Carson McCullers (sur une initiative de Littérature, etc. – je remercie Aurélie Olivier pour sa confiance). Pour en savoir plus, cliquez ici. Si vous ne pouvez pas venir parce que vous habitez dans le New Jersey, par exemple, pas de panique : ma présentation existera ensuite sous forme d’un podcast.

Ravalement de Kitchen

Ce matin, alors que je courais avec une triple dose de Nisennenmondai en intra-auriculaire pour me remettre d’un traumatisme tout frais (j’ai brièvement cru que la jeune athlète n’était plus – je remercie Aline, Claire et Allison d’avoir dissipé ce malentendu), j’ai eu l’illumination qui pourrait résoudre la crise nationale majeure qu’est la perte de Notre fucking Dame. Prenons modèle sur Avion (62), qui a traversé la même épreuve il y a près de cinquante ans !

Ramassons quelques débris calcinés pour les confier à un artiste qui saura en tirer une croix de ce genre :

Les restes de ND ? N’allons pas flamber notre quinzaine pour un tas de vieilles pierres pas très laïques, déblayons plutôt les gravats et faisons construire une très grande piscine découverte pour les étés torrides du réchauffement climatique, ou alors une maison de la citoyenneté, comme celle de Sallaumines :

Des lignes et des promesses

J’ai quelques National Geo de retard sur ce blog, je sais. Je continue de m’offrir des escapades dans le bassin minier dès que j’en ai l’occasion et j’accumule une matière foisonnante, que je n’ai malheureusement pas le temps de mettre en forme. L’été me laissera sans doute un peu de répit ; j’en profiterai pour faire le tri dans mes photos et les organiser à ma manière. En attendant, voici quelques images glanées aujourd’hui entre Pont-à-Vendin et Angres en passant bien sûr par Sallaumines (Où est la jeune athlète ? chantais-je de mon plus pur colorature sur l’air de Où va la jeune Hindoue ? de Léo Delibes, en même temps que j’attaquais des côtes dignes de San Francisco sur mon vélo rose : facile). Voici des lignes de l’agglomération Lens-Liévin + un zeste de California Dreaming.

L’appel de la montagne : Chalets de Californie

Depuis quelques jours, je prépare un bref exposé pour la jeune athlète sur l’avènement du lotissement vu à travers les films fantastiques/d’horreur des années 70-80. Pour étayer mon propos, je fais des captures d’écran. Alors que je revoyais Poltergeist pour explorer le lotissement californien Cuesta Verde où se situe l’action, j’ai vu mon étude Kitsch & lutte des classes faire un bond en avant, plus spécifiquement la grande partie de cette étude qui s’intéresse aux Chalets du Nord. Dans mon célèbre article sur la question, que vous pouvez relire ici, j’écrivais à propos d’un CdN sis à Saint-André : « Cette vision est un véritable yodel en Californie ! » Or (tant de coïncidences finiront par m’effrayer) la découverte que je viens de faire rend précisément nos théories sur l’origine des Chalets du Nord aussi contradictoires que le sont celles du blue yodel. Conférence :

1. l’origine du blue yodel

Selon certaines sources, le yodel hawaïen serait complètement distinct du yodel européen. Il serait la combinaison des chants traditionnels de l’île, aux techniques vocales naturelles, et du falsetto qu’y ont apporté les vaqueros mexicains venus endiguer dans les années 1830 l’invasion de vaches, tenues pour sacrées par les autochtones depuis que des européens leur avaient fait cadeau d’un petit cheptel. D’autres sources, qui situent la naissance du yodel américain au même endroit, y voient l’apport direct de deux missionnaires allemands qui dirigeaient le Boys Choir hawaïen, Henry Berger et Theodore Richards ; selon cette version, ce serait d’un yodel purement européen que les chorales auraient embelli les chants indigènes. On peut aussi imaginer un effet conjugué du yodel européen et du falsetto mexicain sur le folklore local. Une théorie voudrait que Daniel Decatur Emmett, le principal compositeur et plus célèbre interprète du minstrel show, se soit inspiré d’artistes européens dans son exploitation du yodel, car il avait voyagé, mais cette thèse me semble peu probable puisque le premier yodel d’Emmett date de 1859, or Tom Christian avait complètement intégré le yodel à son spectacle de minstrel dès 1847. Cela dit, Walter Scott décrivait déjà le yodel comme très présent sur les scènes britanniques dès les années 1830 et les voyages entre le Vieux et le Nouveau Monde étaient assez fréquents pour que les modes parviennent à traverser un océan. Une seule certitude : au début du dix-neuvième siècle, le yodel poussait très fort, de toutes parts, avec la ferme intention d’éclabousser les musiques populaires américaines, il s’immisçait par toutes les brèches : un missionnaire allemand posait son balluchon à Honolulu ? un vaquero poussait la chansonnette sur son cheval à Kailua ? un lecteur de Walter Scott migrait à Chicago ? Le yodel en profitait, il était de tous les voyages, de tous les bagages, et il était ambitieux, déterminé à percer par tous les moyens.

2. l’origine du Chalet du Nord

Je ne mène mon étude sur les chalets du Nord que depuis deux ou trois ans. L’état de dégradation présenté par certains spécimens nous assure que le CdN n’est pas une mode de l’année, mais la découverte que j’ai faite en revoyant le générique de Poltergeist pourrait bien situer dans un temps beaucoup plus reculé que je ne l’imaginais l’avènement du Chalet comme élément distinctif dans le paysage suburbain. On trouvait des Chalets de Californie dès 1982 (date de sortie du film), comme en attestent les captures d’écran ci-dessous.

Un complément d’étude s’impose mais une piste ne peut être négligée : non pas celle du chalet suisse mais celle de la cabane canadienne. Plus de pistes dans l’article consacré aux cabanes en rondins par la Grande Encyclopédie de la Vérité Avérée du Vingt-et-Unième Siècle, ici. Faut-il parler de Chalet de Californie ou de Cabane en Rondins de Californie ?

NUNC

J’apprends que mon recueil Pas de côté, paru en 2018 aux Carnets du Dessert de Lune, figure dans la première sélection du Prix de la revue NUNC. Plus d’infos ici.

Je rappelle que la préface de ce recueil est de l’inégalable Isabelle Bonat-Luciani, et je profite de l’occasion pour partager avec vous cette vidéo dans laquelle on l’entend lire des extraits de son Et aussi les arbres, paru aux mêmes Carnets du Dessert de Lune en 2018 et lui-même préfacé par Manuel Plaza, que vous entendrez à la guitare dans la vidéo – là, vous n’avez plus qu’à cliquer :

Encore une coïncidence

Aujourd’hui, alors que j’apprends comment Meredith a vécu la lecture de mon livre (ce qui répond aux questions que je me pose aux pages 58 à 63 et surtout, page 137), paraît cet article dans Le Monde des Livres. Je me demande ce qu’elle en penserait…