L’art : collections privées du Nord

A – Des femmes

1. dans des bassins

un peu défiante

mal assise

ou déguisée en sirène (on voit que la queue est fausse à son élastique)

2. fortes en yoga

dans un bassin

ou à-même le sol (et malgré l’absence de bras droit)

3. en vitrine

prudes :

de dos pour masquer sa poitrine aux regards

ou le bras gauche tendu dans le même but

(+ étole)

ou dépoitraillées sans scrupule

voire provocante

+ jarre et pot

+ fruit (pomme ?)

4. en plein air

dépoitraillées sans scrupule

+ raisin

+ pomme

+ jarres

ou tournée de manière à masquer sa poitrine aux regards

5. vêtues

en vitrine (bergère)

ou en plein air :

flappers

vestale

ou gueuse

B – Des hommes

qui font peur (techniques mixtes)

pas trop (huile sur toile)

ou même pas (malgré l’épée)

en tout cas toujours vêtus, même si ce n’est pas beaucoup (ce n’est pas le cas dans l’art des collectivités, ces dernières se montrant curieusement moins conservatrices que les particuliers en matière de nudité masculine)

C – Des couples hétérosexuels

antique (avec poisson + coquillage)

colonialiste (avec esclaves et nombreux enfants – consanguins, cf. pelle sur le banc de gauche)

ou moderne (avec scooter)

D – Des enfants

des fils uniques

plutôt doué

ou mal assis

ou des triplés (plutôt empotés)

mais pas de filles

E – D’autres trios

de dauphins

ou de femmes moyennement vêtues

F – Des groupes d’amis

humains (nains pour la plupart)

ou animaux

(je regrette de n’être pas en mesure pour l’instant de vous présenter d’autres musées en plein air tels que ceux-ci ; on en trouve principalement à Lomme et à Sequedin*, parfois sous la surveillance d’un Bouddha)

G – Fucking Buren

* Ils semblent encore plus répandus dans le bassin minier.

L’art : collectivités du Nord

1. L’art figuratif

a – Des femmes vêtues (pour preuve que les femmes ne sont pas rassurées dans l’espace public : elles ne se promènent pas dépoitraillés)

robe simple

drapé simple

robe + drapé

robe + drapé + serpent

b – Des hommes nus (pour preuve que les hommes deviennent des prédateurs dans l’espace public)

ponctuellement mal en point

plutôt mal en point (+ fientes de pigeons)

vraiment mal en point (+ fait très peur)

grave mal en point (+ enfant, pas mieux)

c – Des couples hétérosexuels

mal en point

ou radieux

d – La vie domestique (en trompe-l’œil)

2. Autres styles artistiques

a – Rupestre

b – Abstrait

c – Surréaliste (+ pluridisciplinaire)

d – Très povera

L’appel de la montagne : Chalets du Nord

Qu’est-ce qu’un Chalet du Nord ? C’est une boîte aux lettres en forme de chalet. Comme ça, par exemple.

En courant dans les petites villes résidentielles qui constituent la banlieue de Lille, comme on disait autrefois (à savoir la métropole lilloise du vingt-et-unième siècle), j’ai très vite remarqué l’étonnante abondance de cet objet, à la fois décoratif et utilitaire la plupart du temps, sauf dans de rares cas – ci-dessous, par exemple, le chalet n’est pas fonctionnel mais juste esthétique.

Même chose pour celui-ci aussi, mais son cas est particulière dans la mesure où il ne semble pas avoir été conçu pour faire office de boîte aux lettres. Admirez les détails, notamment la mise en abyme.

Je me suis beaucoup amusée que l’appel de la montagne soit claironné si fort dans les jardinets de ma région, volontiers dite le plat pays. Cela dit, je dois admettre que quand j’ai constaté une abondance presque équivalente dans le Haut Jura, j’ai ri aussi : ça semblait redondant. C’était un peu comme si vous portiez un T-shirt de vous-même. Il arrive que l’on ait la même impression ici, dans le cas très particulier où un-e habitant-e a déployé des talents de bricolage au point que son Chalet du Nord imite sa maison, comme dans les deux exemples ci-dessous.

Contrairement à ce que suggèrent les précédents modèles, beaucoup de Chalets du Nord sont d’une grande simplicité – non sans présenter une grande diversité de formes. Celui-ci est quasiment un concept de Chalet du Nord.

De même que celui-ci, quoique dans un style plus décadent.

Celui-ci, que j’ai appelé « chalet modeste », est appelé à une démolition imminente, tout comme la maison dont il est une dépendance.

L’arte povera du chalet peut aller jusqu’à l’étiquette en papier, fragile numéro livré aux intempéries.

Qui dit humble chalet ne dit pas forcément humble demeure en arrière-plan, comme nous le voyons ici : les frontons et la taille artistique des arbres indiquent un milieu bourgeois (oubliez ce cageot, voulez-vous).

Je profite de l’occasion pour préciser que, bien souvent, le Chalet du Nord est un syndrome contagieux : l’on peut en trouver deux ou trois dans une même rue. Ainsi le chalet ci-dessous est-il voisin du chalet ci-dessus.

Vous aurez noté la façade pentagonale de ce dernier spécimen. Il est intéressant d’observer que c’est la forme que revêt le Chalet du Nord dans une fraction de l’imaginaire collectif local ; cette tendance s’accompagne toujours (quelques conclusions qu’il faille en tirer) d’une élégante sobriété. Jugez par vous-même :

Ci-dessous, le Chalet du Nord est monté sur la margelle d’un puits ornemental dont la rusticité contraste avec ses lignes pures.

Il côtoie ici une pompe à eau également ornementale (je l’ai essayée, elle n’est pas alimentée – je le vérifie toujours quand je tombe sur ce type d’équipement au fil de mes courses à pied, ce qui m’oblige à des arrêts fréquents dans la métropole lilloise du vingt-et-unième siècle), ainsi qu’un bas-relief, éléments qui semblent indiquer un goût pour les belles choses à l’ancienne.

La sobriété peut aussi être contrebalancée par un goût du mignon, dirons-nous ; le mot n’est sans doute pas satisfaisant mais ces choses sont parfois d’une subtilité presque insaisissable. Voici une image pour compenser mon manque de précision.

De nombreux Chalets du Nord, à l’inverse des précédents, sont ce qu’il convient d’appeler des chalets remarquables. Ci-dessous, mon préféré – parce qu’il recoupe une autre catégorie de mon étude Kitsch et lutte des classes : celle des Mickey du Nord. Je dois cependant partager avec vous la grande tristesse que j’ai ressentie cette année, quand les propriétaires et (a priori) artisans de ce chalet du Nord l’ont repeint en blanc.

Maintenant, nous voici à la montagne ; le Chalet du Nord entre dans un ensemble cohérent dont l’effet est de soulever des Yodel-ay-ee-oooo dans nos poitrines et euh, dans nos têtes puisque le yodel consiste à passer de voix de poitrine à voix de tête avec une rapidité virtuose.

Parfois, à l’inverse, le Chalet du Nord s’insère dans un cadre moderne – ici, on se croirait quasiment au motel.

Puisque nous en venons à la question de l’environnement dans lequel trouve place le Chalet du Nord, nous constatons qu’il n’y a pas vraiment de règle. Le milieu peut être populaire ou bourgeois. Cependant, à sa manière, et pour qui sait observer, le Chalet du Nord peu s’avérer un intéressant marqueur social, au même titre que les voitures, les vêtements, la nourriture et l’habitat à proprement parler. Ici, une certaine insouciance…

ici, carrément la bohème…

et là, un goût évident pour la splendeur.

Le Chalet du Nord peut indiquer que son propriétaire a des préoccupations écologiques. Ci-dessous, le Chalet du Nord est en bois et son socle est un tronc d’arbre,

tandis qu’ici, mieux encore, le tronc sert à la fois de socle et de support à sonnette (astucieux !)

Certains socles, en revanche, évoquent le brutalisme architectural.

L’option sans socle (j’allais écrire sans cou) existe aussi, vous vous en doutez : le Chalet du Nord, on le voit bien, est modulable à l’infini !

L’une des raisons pour lesquelles j’ai cessé un jour de photographier les Chalets du Nord, c’est qu’il y en a trop. J’en ai dénombré entre 70 et 80 dans la seule métropole lilloise du vingt-et-unième siècle avant de tout simplement cesser de compter. J’avoue aussi avoir été découragée par la sur-représentation d’un modèle en plastique dont je soupçonne le fournisseur d’avoir pour nom Dadizele. Je me rappelle soudain l’été lointain où mon frère (aujourd’hui un respectable père de famille) brûlait les nains de jardin en plastique ramassés au cours de ses rafles nocturnes dans le bassin minier (nos respectables parents n’en savaient rien, rassurez-vous). Je ne suis pas en train d’inciter au vandalisme, de dire : « Brûlons les Chalets du Nord en plastique », attention. Je veux juste signaler ce qui m’apparaît comme une regrettable dérive dans l’économie (domestique) du Chalet du Nord.

Encore un :

Et là, carrément deux ! (Encore une preuve du phénomène de contagion qui entoure le Chalet du Nord.)

Certains propriétaires posent des chalets en plastique sur des colonnes en pierre véritable, pour atténuer un peu le côté industriel de la chose.

Ou alors ils lui adjoignent un autre objet de décoration, sauvant la facilité de la proposition plastique par une mise en scène d’éléments rustiques. Ici, par exemple, avec un godillot ornemental.

Plus ambitieux, ce mélange d’exotismes – puisque vous devinez au premier plan le tronc d’un vigoureux palmier. Cette vision est un véritable yodel en Californie !

Le plus dommage, c’est encore quand une authentique maison de campagne (nous sommes ici entre deux champs) opte pour un modèle industriel. Un foisonnement de statuettes et moulins, de l’autre côté des grilles (sur lesquelles vous noterez des têtes de cheval du meilleur goût), l’honnêteté me force à le reconnaître, viennent contrebalancer cette médiocrité épistolaire du Nord – je profite de l’occasion pour proposer un sens supplémentaire au mot épistolaire.

Assimilés :

a. Puits ornementaux

avec chaudron sans verdure (+ pompe à eau manuelle apparemment alimentée – !!!!!!! – en arrière-plan)

avec poulie (presque un vrai !)

+ âne bâté + Tweedledum (ou Tweedledee ?) et lutin caché derrière ce dernier

propriété de la villa Chantalouette, avec chaudron verdoyant

vide-poches

b. Sabots de façade

un seul exemple parmi des centaines

c. Moulins domestiques

– de fenêtre

– d’extérieur

+ Mickey

bien servi

Et puis il y a des maisons qui ont presque tout :

le Chalet du Nord,

le moulin domestique

et la pompe à eau manuelle ornementale (une parmi les milliers que compte la métropole lilloise, sans qu’une goutte d’eau ait été gaspillée)

Rideaux et Voilages

1. oiseaux

canard + bonhomme de neige à vélo au-dessus

hirondelle + chien en-dessous

grue + Oh oh oh dessus

plusieurs grues sans rien dessus

cygnes

cygne dans paysage bucolique

moineaux

hirondelles posées ou en vol

hirondelles transportant des rameaux

paons

2. chevaux

Texte du 9 janvier 2017 :

« Ce seraient deux voisines qui se croiseraient sur la route de Lidl, et elles entameraient une conversation sur le trottoir. Elles ne prêteraient aucune attention à moi tandis que j’approcherais en courant, jusqu’au moment où je m’arrêterais brusquement à quelques mètres d’elles. Alors elles interrompraient leur discussion et me regarderaient me contorsionner avec mon appareil photo, en short, pour éviter qu’un reflet ne gâche la silhouette d’un cheval brodé sur un spécimen particulièrement réussi de Rideaux et Voilages.
– Les gens font vraiment de drôles de choses, commenterait l’une des deux voisines.
Et, bien qu’il soit mal élevé de s’immiscer dans la discussion de parfaits inconnus, je ne pourrais m’empêcher d’intervenir, tout en rangeant mon appareil photo dans son holster :
– S’ils aiment les chevaux, madame, qui sommes-nous pour juger leurs Rideaux et Voilages ?
Et je reprendrais ma route d’une leste foulée. »

grand galop

galop (+ appareil à gaufrettes et guirlande électrique)

trot (brouillé)

repos

3. dauphins

+ berger allemand qui monte discrètement la garde (coin inférieur droit)

+ corail

+ soleil et palmiers

+ palmiers sans soleil mais avec chiens en peluche

4. chats et chiens

chats modèles

chats assassins (malgré nœud nunuche) + pauvres oiseaux (mais disons que, tout comme la cage, la fenêtre est ouverte et que tout va bien se passer)

famille de chien-ne-s vivant en harmonie entre deux fontaines avec des couples d’oiseaux (+ franges de papier doré brillant)

chat sur le point de faire une connerie (pourvu que le vase ne lui tombe pas dessus…)

5. clown

Kitsch et lutte des classes : une introduction

Texte du 10 janvier 2017

« À l’issue d’un débat de plusieurs mots sur les Rideaux et Voilages, il m’est apparu que j’aimerais réunir un groupe de travail pour étudier les liens entre kitsch et lutte des classes. Si, comme moi, vous n’avez aucune compétence particulière pour aborder ce passionnant sujet, n’hésitez pas à postuler pour m’accompagner dans la grande aventure socio-esthétique, dont je subodore qu’elle sera très expérimentale et empirique. »

Les angles d’approche se sont vite multipliés : à la rubrique des Rideaux et Voilages se sont ajoutées celles des Chalets du Nord (que j’aurais pu appeler L’appel de la montagne, et qui comprend également les sabots de façade, puits et moulins, pompes à eau manuelles non alimentées et autres ornementations rustiques), les décorations animalières de fenêtres et de jardins, le toilettage des arbres, etc.

Extraits d’un manuscrit en cours d’écriture (ça fait trois ans que je le reprends puis le repose pour partir vers autre chose, etc. mais j’ai bon espoir d’en venir à bout un jour).

« Comment appelle-t-on le type de maisons que les habitants des petites villes entretiennent au bout de leurs râteaux, de leurs perceuses et de leurs balais ? Il existe une terminologie limitée de l’habitat ; l’on parlera d’une maison ouvrière, bourgeoise, victorienne, Queen Ann, Greek Revival, de maître, de bourg, de ville, 1930, pavillonnaire, Bâtir, bel-étage, G.M.F. (Grande Maison Familiale), etc. Si cela ne tenait qu’à moi, chaque variante d’habitat disposerait d’une dénomination honorable. J’apprendrais le glossaire complet. Mais j’échouerais toujours à traduire la complexité du parc immobilier que présentent les petites ville, de même que j’échouerais à susciter, chez qui ne possède ni le glossaire ni le plan de la ville, une fascination semblable à la mienne.

Aucun lexique ne saurait rendre justice à la diversité des combinaisons (fenêtres, toitures, jardins, parements, etc.) que l’on peut observer dans les lotissements, ni encore moins à la créativité de leurs habitants. Les rares maisons restées à l’état brut s’y distinguent par leur sobriété et par leur assomption d’une certaine rugosité ; leurs occupants acceptent avec philosophie la vérité nue de leur condition, celle de vies toutes pareilles répétées à l’infini dans des petites boîtes toutes pareilles : des vies de statistiques. Tous ici ont trouvé une place dans le labyrinthe de rues indifférenciées, reconnaissants d’échapper à la crise du logement dans ces cubes dont de nombreux commentateurs blâmaient, à l’époque de leur construction, la déprimante uniformité. Aujourd’hui, des agences immobilières revendiquent une exclusivité pour la vente de tels cubes.

Les voisins condamnés au même ne se fondent pas dans un tout indivis. Ils tâchent de se distinguer par les travaux manuels, modifiant leur petite boîte d’origine autant qu’ils le peuvent, parfois par une excentricité paysagère débridée. Certains propriétaires couvrent de pierres, de brique ou de céramique les parements d’origine, peignent les briques en couleurs pastel. Les plus audacieux tâchent de transfigurer radicalement la boîte, creusent des niches de saints ou fixent de fausses gargouilles à leur façade, dessinent sur leurs pelouses des jardins français, anglais, japonais, creusent des mares, érigent des statues, des maquettes de moulins à hauteur d’épaules, taillent leurs arbres comme des caniches. Il en est qui transforment en chalet suisse leur maison apparentée bel-étage ou G.M.F., d’autres qui règnent sur un Versailles miniature, des nains de jardin pour vassaux ; d’autres encore entretiennent une minuscule ferme en ville, cultivant leur potager au milieu d’accessoires rustiques tels que botte-cul, lampe à pétrole ou pompe à eau manuelle. »

Voilà qui délimite à peu près mon champ d’étude – il s’agit, je le précise pour qui ne me connaîtrait pas du tout, d’une parodie d’étude, l’académisme étant l’une des choses les plus mortifères que je connaisse, et son sérieux l’une des plus ridicules. Cette rubrique rend hommage au kitsch avec beaucoup de tendresse et sans condescendance aucune – cela aussi, je le précise pour celles et ceux qui ne me connaîtraient pas et qui tomberaient sur cette page par erreur, mal dirigé-e-s par des mots-clés dont elles/eux et moi n’aurions pas le même usage.

Nomenclature (texte du 20 janvier 2017)

« Certains d’entre vous me réclament à cor et à cri des Rideaux et Voilages à motifs de flamands roses. Je vais vous expliquer pourquoi ce n’est ni possible ni pertinent dans le cadre de notre étude non sociologique sur le thème « kitsch et lutte des classes ».
J’y vois l’occasion de rappeler ici qu’il y a kitsch et kitsch. Il existe ainsi un kitsch prolétaire, émouvant (d’aucuns diraient « déprimant » mais je me contenterai de ce terme neutre) et dont les fleurons sont assurément le dauphin et le chien, cependant que le deuxième, appelons-le kitsch bourgeois-bohème, correspond aux codes graphiques en vigueur et a pour mascotte le flamand rose et pour fruit l’ananas, du moins depuis quelques années (car le bourgeois-bohème est moins fidèle à ses icônes que ne l’est le prolétaire).
Or, le bourgeois-bohème n’accroche pas, sur ses fenêtres, de Rideaux et Voilages à motifs – le bourgeois tout court, n’en parlons pas : ses fenêtres ne racontent rien du tout, elles sont d’un ennui prodigieux. »

Au revoir

J’ai inauguré ce blog le 13 octobre 2016 par ce paragraphe :

« J’ai quitté le réseau social il y a un mois maintenant. Il ne me manque pas. Personne ne prétend plus me dire ce que je dois lire, penser, mépriser, encenser. Personne ne m’impose plus ses photos de vacances. Quant à moi, je me sens moins minable depuis que je ne participe plus à cette mise en scène de soi collective. Mais on me dit que je ne suis pas une vraie femme du XXIème siècle si je n’ai pas, quelque part sur Internet, un espace dédié à moi-même : une vitrine de mon travail, un T-shirt à ma propre effigie. Alors voici mon nouveau blog. »

Il m’apparaît aujourd’hui que ce blog est en passe de devenir mon vivarium. Vous connaissez sans doute la question : « Un arbre qui tombe ne fait-il du bruit que s’il y a quelqu’un pour l’entendre tomber ? » Inutile de vous dire ce que j’en pense. Après tout, je n’ai pas besoin de faire mes petits bricolages photos-textes sous vos yeux (en l’occurrence, je leur donnerais sans doute une forme plus aboutie voire exploitable si je le faisais pour moi seule) ni de regards extérieurs pour solidifier mon expérience terrestre, ni d’oreilles avec lesquelles partager la musique expérimentale (et autre) qui fait mon bonheur.

Par ailleurs, à mon extrême horreur, plusieurs personnes m’ont dit avoir l’impression que je m’adressais à elles à travers mes billets. C’est révélateur de la mauvaise voie sur laquelle ce blog m’avait engagée à mon corps défendant. Si j’ai quelque chose à vous dire, je vous enverrai un e-mail. En tout cas, je ne cherche pas d’amis, ni d’amoureuse, j’ai tout ce qu’il me faut, merci.

Je vais donc arrêter là et je m’en réjouis. Je pense mettre en ligne prochainement un site aussi rudimentaire que possible, qui reprendra le menu supérieur de ce blog et se contentera d’annoncer mes nouveautés quand il y en aura. Je vais d’abord prendre tout mon temps pour trier les 1427 billets que j’ai mis en ligne en deux ans et trois mois, y récupérer ce qui pourrait me servir et supprimer le reste. Je ferai en sorte que le site soit prêt pour la parution de mon nouveau livre, au mois de mars.

Merci à ceux d’entre vous qui m’ont fait part de leur intérêt pour mes élucubrations.

Bibliomobi (suite)

Je viens de terminer ma première série pour ados. Quatre textes qui se suivent et dessinent une espèce d’enquête psychologique, à défaut de rebondissements et revirements spectaculaires. Il s’agit d’une commande de l’AR2L, qui les rendra disponibles gratuitement sur l’application Bibliomobi, dont je vous ai déjà parlé. La commande n’était pas facile pour moi qui ai en horreur le principe même de la série, mais je suis plutôt contente du résultat. J’y ai fait entrer des chalets du Nord, particulièrement un chalet inspiré de celui-ci, qui se trouve à proximité du CHR, à Lille.

Derrière le chalet, une maison intégralement fascinante, comme le révèle cette vue immersive piquée sur un service de cartographie en ligne. Je ne voudrais pas vous priver de telles couleurs, d’où ma décision de vous livrer un billet dépareillé.

Un détail de la façade qui pourrait vous plaire – la perspective est pourrie mais je ne faisais pas très attention à ce genre de choses à l’époque où j’ai pris ces photos, en juillet 2016.

Flore de Wattignies

Quand j’ai besoin de me reposer, je vais courir ou je me promène sur le service de cartographie en ligne, alternant cartes, vues satellite et immersives. Ces deux activités sont d’ailleurs intimement liées, puisque j’utilise ce service en complément de mes jambes et de mes yeux. Par exemple, je m’étonne de ce qu’une rue toute neuve de Wattignies s’appelle rue de l’Anémone des Bois ; chaque fois que j’y passe, je souris. Un jour, je sens mes neurones griller sur un problème de narration (oui, de narration, je vous rappelle que j’écris de nouveau pour la jeunesse) et je décide, pour me dégourdir les lobes, d’aller faire un petit tour dans cette rue via le service de cartographie. Vous auriez tendance à penser que ça ne sert à rien ? Avouez. Vous auriez tendance à croire que tout est dit sur la plaque de rue ? Je viens vous prouver que vous avez tort. Car sur le plan nous découvrons que nous avons affaire à un véritable herbier. Mais surtout, à une véritable énigme. Narration, encore ! Suivez-moi.

Vous reconnaissez ici la fameuse. (Anémone des bois.)

Je vous présente maintenant la bruyère cendrée.

Poursuivons avec le miroir de Vénus, qui est bien une plante.

Le laurier blanc (vous ne pouvez pas le savoir, mécréants) est une surprise. Je veux dire, qui s’est promené virtuellement dans ce quartier fleuri ne s’attend pas à y trouver du laurier blanc.

Sur la carte, en ses lieu et place, l’on trouve une plante vénéneuse, la morelle noire. Que devons-nous comprendre ? Qu’essaie de nous dire le service de cartographie en ligne ? Un employé dudit service est-il un botaniste en herbe (hihi) qui s’emmêle les bristols ? S’agit-il d’une usurpation d’identité florale ? D’une malédiction ? Mystère…

(Si vous connaissez la réponse, gardez-la pour vous, laissez notre imagination gambader avec la grâce d’un faon dans les rues de sunny Wattignies, merci.)

Bibliomobi

Connaissez-vous Bibliomobi, application de lecture mobile qui permet de télécharger gratuitement des œuvres numériques à partir d’un smartphone ? Je suis apparemment l’une des premières à avoir participé, à l’invitation de l’AR2L (Agence régionale du Livre et de la Lecture) Hauts-de-France et de la MEL (Métropole européenne de Lille), à un programme de saison puisqu’il propose aux 8-25 ans des contes de Noël. Vous me trouverez facilement sur le site qui présente la liste des téléchargements disponibles (d’autres sont encore à venir). Un aperçu :

Loos-Sequedin : des arrière-mondes variés

L’arrière-monde a ses cornes d’abondance ; ce matin, j’ai connu l’extase la plus pure en traversant l’un de ces paradis interstitiels – écoutez-moi bien : une voie ferrée dévolue au transport de marchandises et matériaux, une pincée de splendeur passée, un petit chemin qui ne sent pas la noisette, des friches à perte de vue, des monticules de détritus, un canal, une cimenterie, des portiques de déchargement, un poste électrique et une ancienne prison. JMJ, j’ai senti une faiblesse musculaire dans mes mollets nus tant l’émotion était forte. J’avais trop longtemps négligé les charmes vénéneux de l’arrière-monde au profit de presque la campagne et cette course à pied m’a rappelé que j’avais largement de quoi m’occuper dans la métropole lilloise pendant la saison de chasse. Il y avait même un arbre foudroyé, le soleil avait l’air sale et tout macérait dans une telle humidité que l’été semblait ne jamais avoir existé. Froh, froh, wie seine Sonnen seine Sonnen flie-iegen, froh wie seine Sonnen fliegen durch des Himmels prächt’gen Plan !

La voie ferrée – elle mène, à l’est, au port de Lille

Splendeur et décadence

Typiquement ce genre de pivot paysager plein de promesses, où je commence à faire des claquettes dans les flaques

L’ancienne prison de Loos / Sequedin, derrière une friche (+ un canal mais ça, on ne le sait pas encore)

Un court segment de ce petit chemin qui ne sent pas la noisette ; à droite, tout n’est que tags et détritus (je vous épargne ces derniers, ne me remerciez pas), à gauche, ronces impénétrables

Un pan d’usine de produits chimiques

Une cimenterie

Un portique de déchargement

Un poste électrique (+ poule d’eau)

Deux fragments de mur au milieu des herbes noires, devant l’ancienne prison (wtf ? comme disent les jeunes)

Encore la prison : ici, l’ancienne grille d’entrée (sans doute aussi de sortie)

La voie ferrée vue d’un pont (qui passe aussi au-dessus de l’A25)

BONUS : Où est Kennedy ?