/ 3 : Suivez ce faucon

Ce matin, alors que je m’amusais à tourner à droite ou à gauche là où je ne l’avais jamais fait pour découvrir les coulisses de mes paysages désormais familiers quoiqu’à distance de chez moi, principalement à travers champs, j’ai essayé de prendre en photo un faucon qui survolait une pâture à proximité d’une ferme et à mon retour, en regardant mes photos, je m’aperçois que cet oiseau n’était pas seul :

Ici, il passe auprès d’un de ses congénères

et là, devant un héron. Un héron des champs.

/ 3 : à qui vous adresser si vraiment vous ne vous en sortez pas avec votre ado grèbe huppé.e

Il est important de savoir que vous n’êtes pas les seul.e.s à ne plus savoir où donner de la tête. Bien sûr, il est louable de se remettre en question mais vous voir sombrer dans la culpabilité n’aidera pas votre ado grèbe huppé.e à se sentir mieux.

Ne dédaignez pas le témoignage des tortu.e.s d’eau : « Moi aussi, je me suis longtemps demandé ce que je faisais dans ce canal, quelle était la finalité de cette vie aquatique, mais finalement j’ai trouvé ma place ».

Le faisan aussi peut vous être d’un grand secours : « Dites à votre ado d’assumer sa tête rayée. Dites-lui d’être fier.e : c’est sa différence qui fait sa beauté. S’il n’y avait que des perdrix à la beauté classique sur cette planète, on s’ennuierait. » (Je ne fais que rapporter ses propos ; j’ai pour ma part un profond respect pour les perdrix et les trouve très gracieuses.)

/ 3 : plus d’informations sur l’adolescence des grèbes huppé.e.s

Vous êtes dépassé.e ? Votre ado grèbe huppé.e ne cesse de vous contredire, de vous conspuer, iel vous dit qu’iel n’a pas demandé à naître, que vous n’êtes pas sa mère/son père, que son nid a dû être inversé à sa naissance ? Bien sûr, c’est douloureux à entendre pour un papa grèbe huppé / une maman grèbe huppée, mais qui sait si cette révolte n’est pas au fond un appel à l’aide ?

Dites-vous que peut-être iel n’est tout simplement pas bien dans son duvet mais qu’iel garde tout pour iel. Peut-être qu’iel se sent différent.e. Qu’iel a l’impression que les autres ricanent à son passage.

Soyez à l’écoute, c’est important.

Demain, nous vous dirons à qui vous adresser si vraiment vous ne vous en sortez pas avec votre ado grèbe huppé.e.

/ 3 : la leçon de danse

Les grèbes huppé.e.s apprennent à danser alors qu’iels ne sont encore que d’hirsutes poussins gris à tête rayée. Ici, un.e ado avec sa maman grèbe.

Et un, on pivote,

et deux, tête à droite, et

trois, tête à gauche,

très bien

Demain, plus d’informations sur l’adolescence des grèbes huppé.e.s.

/ 3 : récompenses

Bientôt, je serai prête à reprendre l’EV5 (un peu après l’aube, tout de même, juste un peu) malgré sa population de sangliers notoire. Ce matin, j’en ai parcouru la moitié, de Bouvigny-Boyeffles à la forêt d’Olhain, contournant mon segment préféré, entre Aix-Noulette et Marqueffles – si on m’avait dit qu’un jour je prendrais une route ouverte aux véhicules motorisés plutôt que de traverser des bois et des champs… Mais un traumatisme est un traumatisme, l’évacuer totalement demande un peu de temps ; malgré tout, j’ai vu quelques belles choses en route

et raccroché l’euro-véloroute à partir du Chemin des Loups.

Quand j’ai traversé la forêt, je me sentais prête à rencontrer les sangliers, je le souhaitais même – et que ça se passe bien et qu’on oublie le malentendu de janvier. Mais ça ne s’est pas produit. J’ai quand même vu une famille de chevreuils traverser un champ et tout juste eu le temps d’en prendre trois sur cinq en photo. Je n’en ai pas vu beaucoup, cet été (seulement une chevrette et un faon samedi dernier à Beuvry), forcément puisque je ne traverse plus leur habitat à l’heure de leur petit déjeuner. Quand j’ai le courage de le faire, j’en suis ainsi récompensée.

Aussi, je me suis rendu compte qu’être dans la forêt me rendait assez euphorique pour que la peur passe au second plan – c’est pourquoi je pense que j’oserai bientôt la grande aventure intégrale. Ma deuxième récompense, c’était que la boulangerie d’Hersin-Coupigny était ouverte – une boulangerie artisanale qui a même sa spécialité maison : le pain du terril. J’en ai pris un.

/ 3 : Incommodité

chaque fois que nous empruntions le pont
nous ralentissions pour plonger nos regards
par la fenêtre au rez-de-chaussée de cette
étrange maison isolée en contrebas et voir
la locataire en pyjama se balancer d’avant
en arrière sur sa chaise devant la télé – si
près de l’écran que quand elle se penchait
vers l’avant son front le touchait presque


nous faisions un gros rire avec le ventre un
rire comme de l’eau qui continue de claquer
contre la berge du canal encore longtemps
après le passage d’une péniche mais ce rire
ne pouvait empêcher le frisson de secouer
nos épines dorsales or aujourd’hui je vois
que l’appartement a pris feu le chat est là
seul dans les cendres de pyjama de chaise
et de télé l’odeur d’artefacts calcinés flotte
à des centaines de mètres encore dix jours
après le sinistre dont le journal local dit :

« Éleu-dit-Leauwette : quatorze personnes évacuées lors de l’incendie d’une maison

Ce samedi vers 1 heure du matin, un incendie a entièrement détruit une maison de la rue XXX. La locataire des lieux, incommodée par les fumées a été transportée à l’hôpital. Quatorze personnes vivant dans des appartements mitoyens ont été évacués le temps de l’opération de secours. »

au premier étage sur le dessus de cheminée
des pommes vertes attendent qu’une fraction
des quatorze évacué.e.s vienne les cueillir une
seconde fois

/ 3 : drames

du bassin minier ; les trois photos ci-dessous ont été prises le même jour, début août (j’avais oublié de les utiliser)

cette voiture fumait encore quand je l’ai découverte qui baignait à moitié dans le canal de la Souchez, à Courrières ; il était à peine 6h, le soleil se levait encore très tôt

à Évin-Malmaison, la signalétique a pris un coup dans l’aile et offre désormais un cadre aux champs et bois – cadre auquel ma photo offre un liseré vert et bleu très approprié

quelqu’un n’allait pas très bien à Dourges, ce jour-là

il s’en passe des choses, l’été dans le bassin minier

/ 3 : Munificence & Pompe (6)

Faut-il préciser que les formats rectangulaires sont de Valentina et le carré de mon fait ? La dernière photo est ma préférée à ce jour de tous les M&P ; elle a été prise depuis l’étage du bus, par la vitre arrière. L’esthétique de cette photo correspond parfaitement à ce que nous avons envie de fabriquer ensemble avec de la musique, des mots et des images. Manifeste à venir d’ici la fin de l’année.

/ 3 : bus

Nous sommes filmées dans le bus rouge qui nous ramène de South Tottenham où, après une répétition de Valentina avec Delphine Dora, Aby Vulliami et Sylvia Hallett, au domicile de cette dernière, nous avons bu quelques Pimms avec Delphine.